étude des fortifications allemandes sur la côte méditerranéenne en France
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
EXPOSITION " CANNES OCCUPEE 1942 -1944 " A CANNES DU 3 OCTOBRE 2017 AU 28 JUIN 2018 A L'ESPACE CALMETTE - ENTREE LIBRE . LES APRES MIDI DU LUNDI AU VENDREDI

Partagez | 
 

 Fort Carré d'Antibes (06) septembre 1944

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14129
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Fort Carré d'Antibes (06) septembre 1944   Dim 1 Mar 2009 - 3:52

Fort-Carré, Antibes, le 23 septembre 1944...


Les regards se baissent, les voix ânonnent, les mémoires s'égarent. A Antibes,lorsqu'on parle du 23 septembre 1944, le remords érige un mur de la honte entre la vérité historique et l'interprétation qu'on a pu en faire.

Ce jour-là, au nom de l'épuration, dix Antibois -huit hommes et deux femmes - trouvent la mort dans l'enceinte du Fort-Carré. Apparemment fusillés à la va-vite, victimes possibles d'une vengeance aveugle et de la délation.
On les dit fascistes, tueurs ou dénonciateurs de la Gestapo. Cela suffit alors pour légaliser les tueries et orchestrer des exécutions sommaires. C'estl'avènement des opportunistes, des résistants de la dernière heure. L'occasion de régler certains comptes dans l'assurance de l'absolution.
Tragédie Deux hommes et huit femmes suspectés de sympathie envers l'ennemi ont été fusillés ce jour-là. Trois membres de leurs familles souhaitent leur réhabilitation
Cette affaire, connue sous le nom de Tragédie du Fort-Carré, n'a jamais fait l'objet d'un débat au grand jour.

Comme pour les « événements » d'Algérie, les manuels d'histoire ont occulté les pages troubles de l'après-guerre, préférant laisser la vedette à la liesse de la Libération. Un silence souvent insupportable pour les familles des victimes.

Aujourd'hui, voilà que trois d'entre elles réclament pour leurs parents décédés en ce funeste 23 septembre, une réhabilitation posthume.

« Cela fait quelques années que j'envisage une telle démarche, explique Jean-Claude Bonhomme. Je pense qu'apposer une plaque à l'entrée du Fort-Carré, à la mémoire des dix personnes fusillées ce jour-là - dont mon grand-père maternel, François Biondo - serait la moindre des choses. »

Selon son petit-fils, ce dernier, photographe bien connu sur Antibes, aurait été « victime de sa profession. C'est ce que m'a toujours raconté ma mère et personne n'est jamais venu démentir ses dires. Il travaillait pour l'Eclaireur de Nice et a été catalogué comme "fasciste dangereux", sans doute parce qu'il était né en Sicile. »

Jean-Charles Sardi pour sa part, a perdu son oncle dans la fusillade. Il était âgé de 22 ans. « C'était un soldat italien, raconte-t-il, et il était venu voir ses parents qui résidaient avenue Meissonier. C'est sûr que, juste à la Libération, ce n'était pas une très bonne idée de sa part. Ce qui se dit néanmoins, c'est qu'il a payé à la place de son père, un Pavesi, qui tenait à Antibes la Casa Italia. Il faisait un peu office de consul pour les ressortissants italiens. »

Le troisième à s'associer à la démarche est Jean R. Au Fort-Carré, il a perdu sa s?ur aînée, Carmen, qui n'avait pas encore fêté son vingtième anniversaire. Et lorsqu'il évoque sa disparition, il en a les larmes aux yeux... « Elle était fragile, naïve, c'était une brave fille qui aurait donné sa chemise. Pour moi, elle a fait les frais d'une vengeance, d'une jalousie.
Ma mère a éprouvé une telle douleur en apprenant son décès, qu'elle a voulu se suicider. Je ne sais pas si les gens qui sont morts ce jour-là avaient fait du bien ou du mal. Mais au moins, on aurait dû les juger. »

Coupables ou non coupables ?
C'est bien là toute la question. La seule en fait, à laquelle, 63 ans après les faits, il est indispensable d'apporter une réponse.
Pour qu'enfin les Antibois puissent entendre une vérité acceptable.

Eric Farel
Nice-Matin

forum Antibes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
EKAERGOS
Spécialité: armement
Spécialité: armement
avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 58
lieu : Grand Sud
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Fort Carré d'Antibes (06) septembre 1944   Dim 1 Mar 2009 - 5:46

Bonjour à tous

Interessant cet article de "Nice Matin" ;pendant un moment je croyais que c'était le point de vue de notre Admin préféré ('jour Chef !) avant de voir la signature; mais si le point de vue des familes est longuement exposé les conditions de cette "exécution" restent dans le vague.
Qui fusille ? Armée régulière ?FFI? il me semble qu'à Nice le 23 Septembre 44 les américains étaient présents ?
Cette fusillade est elle spontanée ou y a t 'il eu jugement ? Si oui par quel "tribunal" et sous quels "chefs" d'inculpation? S'il s'agit d'un tribunal officiel on doit pouvoir trouver en archives les "minutes" du procès.

Les déclarations même des familles font débat car elles occultent ou édulcorent le contexte historique ;car n'oublions jamais que la région de Nice était le "fief" de Darnand (dès l'avant-guerre) qui fut le Chef de la Milice dont le chef local était le sinistre Dr Durandy.
Ainsi:
C'était un soldat italien venu voir sa famille "
Quels étaient "Les Soldats Italiens" que les allemands laissaient venir voir leurs familles en Aout 44?
Le Père Chef de la"Casa d'Italia" considérée comme un simple "consulat italien" ?
La Casa d'Italia était bien autre chose qu'un Consulat et ce type d'Officine vu les missions qu'elles avaient n'étaient pas confiées à des "enfants de choeurs" ,ces liens avec l'O.V.R.A (la Gestapo italienne) sont avérés ,en particulier dans cette zone qui fut occupée par les italiens.

Celà ne veut pas dire qu'il n'y ait pas eu d'excès lors de l'épuration et que des innocents aient été condamnés ;certains pour faire disparaitre un adversaire personnel ou politique ....voire même sentimental ou artistique!
Mais réhabiliter sans une bonne base historique ??? N'oublions jamais que si l'épuration n'a pas été toujours jolie-jolie la période qui précède n'était pas mal non plus et que les dénonciations par intérêt, jalousie et mêm simple bétise; (par exemple le cas de la maitresse délaissée qui dénonça son amant résistant!) ont rempli les wagons ....et les charniers.
Sans les renseignements fournis par des français les divers services allemands n'auraient jamais pu être aussi efficaces qu'ils ne le furent dans leur chasse aux "Terroristen".
En conclusion personnelle et "si et seulement si les faits de trahison sont établis" sur le plan des principes celà ne me gène pas si les mêmes faits qui valaient 1 Balle dans la peau avant la Libération en aient valu 12 après !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14129
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Fort Carré d'Antibes (06) septembre 1944   Dim 1 Mar 2009 - 9:36

Les fusillés ont été exécutés dans une des fosses du fort.
Le fort Carré a servi aussi dans cette période de prison pour les suspect de la collaboration ( 651 detenus).
L'épisode fu Fort Carré n'est pas un cas isolé...on parle de " débuts chaotiques " de l'épuration (septembre-octobre 1944).

Voici ce que révelle Jean Louis PANICCACI dans son livre " LES AM 1939-1945":
Une bavure est commise à antibes le 23 septembre à la suite de la mort d'un jeune FTP, tué surement par ses camarades lors d'un arrestation musclée de deux collabos, quis eront eux aussi abbatus; Le capitaine P... exige 50 otages auprès du président du CCL, qui lui en livre 10 internés au Fort carré ( 5 italiens membres du PFR, un chef milicien, le secrétaire local du PPF, un employé municipal et 2 femmes suspectées de délation), ils sont fusillés dans les fossés de l'ouvrage.

Fx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fort Carré d'Antibes (06) septembre 1944   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fort Carré d'Antibes (06) septembre 1944
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 20 septembre 1944
» LA BATAILLE DE DOMPAIRE 12-14 septembre 1944
» sergent Big Red One - Bataille de Mons septembre 1944
» LVT(A)1 Peleliu Septembre 1944
» Para polonais - Market Garden - Septembre 1944

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sudwall :: LA GUERRE DANS LE SUD DE LA FRANCE (1939-1945) :: La Bataille de Provence et La Libération du sud de la France-
Sauter vers: