étude des fortifications allemandes sur la côte méditerranéenne en France
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Radars allemands, généralités

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
brit



Nombre de messages : 607
lieu : Hyères les Palmiers
Date d'inscription : 08/03/2006

MessageSujet: Radars allemands, généralités   Mer 17 Mai 2006 - 1:00

Quelques infos radars trouvées sur le net:

Les origines du radar (Radio Detection And Ranging) remontent au début du siècle quand un étudiant allemand s'appuyant sur les découvertes de Hertz, expérimenta sur le Rhin un dispositif permettant par la réflexion d'ondes radio, la détection des bateaux.

Personne n'ayant réalisé la portée de cette invention, elle resta oubliée jusque dans les années 30. La première société à s'intéresser à des applications civiles fut la firme allemande GEMA qui expérimenta la détection d'un navire à 12 km, devant des officiels civils et militaires. Un avion fut même localisé à 700 mètres d'altitude. Malgré leur intérêt, les militaires se sont peu impliqués
dans le développement de cette nouvelle technique.

La firme continua néanmoins ses recherches et présenta un prototype capable de localiser un avion à une cinquantaine de kilomètres. Ces radars appelés Fraya travaillaient sur une fréquence de 125 MHz.

Au début du deuxième conflit mondial, malgré quelques unités opérationnelles, le besoin en système de détection s'est considérablement accru. D'autres firmes électroniques comme AEG, Telefunken et Lorenz, se lancèrent dans la production pour les forces militaires.



Les Allemands ont donc développé deux types de matériel :

- Les radars de surveillance destinés à localiser le plus tôt possible les mouvements aériens pour
indiquer leur position aux chasseurs d'interception et prévenir les populations civiles.

- Les radars de guidage de tir destinés à transmettre aux armes antiaériennes (Flak) les coordonnées précises en site, azimut et distance.

Les radars de surveillance :

On demandait à ces radars d'avoir une très grande portée dans le but d'anticiper les attaques
aériennes ou même navales. Celle-ci, d'environ 80 km au début du conflit, augmenta avec les
progrès liés aux tubes de puissance à très haute fréquence et aux antennes (groupements de
dipôles ou de yagis).

Les portées les plus courantes étaient de 200 à 400 km, avec des puissances de 20 à 150 kW.
Des systèmes dits à changement de fréquence ont été développés pour déjouer les leurres largués par les avions (bandelettes d'aluminium dont la longueur était fonction de la fréquence du radar à brouiller).

Dès le début du conflit, les alliés furent préoccupés par cette menace en perdant en décembre 39, trente-quatre appareils abattus par la chasse prévenue par radar.

Malgré tout, cette technique naissante avait beaucoup de contraintes car elle devait être très précise, facilement transportable, alimentées par courant électrique, insensible aux brouillages, faire la différence ami-ennemi, etc. C'était beaucoup à l'époque, surtout en temps de guerre.

Les derniers développements vers 1945 furent les radars "trans-horizon" d'une portée d'environ 4000 km.


Les radars de guidage de tir :

Destinés à la défense antiaérienne, ces radars transmettaient aux artilleurs de la Flak la position
de la cible en site, azimut et distance d'une façon beaucoup plus précise que les systèmes
acoustiques.

Physiquement, ils étaient composés d'un réflecteur parabolique plein ou grillagé de 2 à 3 mètres de diamètre, le plus souvent démontable. Au foyer de cette parabole était située l'antenne proprement dite (le plus souvent un dipôle). Un dispositif IFF (Identification Friend or Foe) de reconnaissance ami-ennemi par réception d'un code émis par l'aéronef était souvent adjoint au radar avec une antenne annexe.

Ils travaillaient sur des fréquences de quelques centaines de mégahertz qui permettaient des portées de 20 à 30 km. Des unités de plus grande puissance avec antenne de 7 ou 8 mètres de diamètre permettaient de localiser des formations aériennes à une soixantaine de kilomètres avec une précision d'une vingtaine de mètres et d'un à deux dixièmes de degrés pour la direction. Un radar de surveillance était parfois utilisé pour dégrossir la recherche.

Suivant les modèles, il fallait une équipe de 4 à 6 personnes pour observer les signaux reçus à l'aide de tubes cathodiques et transmettre les données aux batteries d'artillerie et aux projecteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14316
Age : 52
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Radars allemands, généralités   Jeu 30 Aoû 2007 - 11:10

Quelques croquis à l'échelle de radars allemands:

On reconnait le FREYA, 3 types différents de WASSERMANN dont le Wasserman 5 type Cylindre, le WüRZGURG RIESE, le WüRZBURG 39 T, le MAMMUTT

Fx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
fab



Nombre de messages : 11
Age : 47
lieu : loire
Date d'inscription : 15/09/2008

MessageSujet: Re: Radars allemands, généralités   Jeu 18 Sep 2008 - 14:41

Hello

Question nom de station, il a été cité à maintes reprise les références à la mythologie ou à la faune. M'ouais...

Perso, je trouve que la tendance de la première lettre en référence à une ville proche peut tout aussi bien se tenir, exemple Grille pour Gray, et Wiesel pour Vesoul dans le 70, Maus pour Montagny le Roi Nilpferd pour Neufchateau du côté des Vosges...

Quand à Falter (papillon) pour la ville de Feurs confondu soit disant avec "fleur", c'est poétique...

M'enfin, en Histoire rien ne doit être "définitif" et relevé de la "Rêgle"...

A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Nice
Modérateur:Maginot - Fortif XIXème -Vallo Alpino
Modérateur:Maginot - Fortif XIXème -Vallo Alpino
avatar

Nombre de messages : 704
Age : 44
lieu : Nice SFAM
Date d'inscription : 29/04/2006

MessageSujet: différant types de radar   Mar 7 Oct 2008 - 3:30

http://site.voila.fr/bunkers/stationsradar.htm
http://www.gyges.dk/luftwaffe_radartypes_recognition.htm

_________________


le blog du secteur  fortifié des Alpes Maritimes  devient  le SFAMblog


                  Fanion de commandement  
                    du général  Magnien (source Photo Laurent Berrafato)


"...Et cette Âme sentait rebondir son espérance lorsqu'en rougissant l'horizon au dessus de la blancheur des Alpes et du bleu de la Méditerranée, le soleil renouvelait inlassablement à chaque aurore la cérémonie triomphale de nos couleurs..."  Anonyme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sfamtour06.free.fr
agneti
Modérateur général - Archiviste
Modérateur général - Archiviste
avatar

Nombre de messages : 1767
Age : 48
lieu : Marseille 14ème
Date d'inscription : 29/11/2007

MessageSujet: Re: Radars allemands, généralités   Mar 7 Oct 2008 - 5:55

Le premier est un sympathique petit site synthétique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fortificationsdemarseille.lefrioul.fr/
chazette A
Spécialiste Bunkerarchéo - Artillerie - Archives Armée Allemande
Spécialiste Bunkerarchéo - Artillerie - Archives Armée Allemande
avatar

Nombre de messages : 1362
Age : 53
lieu : Paris - Nantes
Date d'inscription : 22/02/2007

MessageSujet: Re: Radars allemands, généralités   Mar 7 Oct 2008 - 8:30

Attention aux erreurs il est pas à jour du tout ce site
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoire-fortifications.com
agneti
Modérateur général - Archiviste
Modérateur général - Archiviste
avatar

Nombre de messages : 1767
Age : 48
lieu : Marseille 14ème
Date d'inscription : 29/11/2007

MessageSujet: Re: Radars allemands, généralités   Mar 7 Oct 2008 - 15:25

Donc je vais attendre un prochain site de qualité avec nom, code, photo d'époque, photo des restes actuels, usage et bref historique. :evil:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fortificationsdemarseille.lefrioul.fr/
chazette A
Spécialiste Bunkerarchéo - Artillerie - Archives Armée Allemande
Spécialiste Bunkerarchéo - Artillerie - Archives Armée Allemande
avatar

Nombre de messages : 1362
Age : 53
lieu : Paris - Nantes
Date d'inscription : 22/02/2007

MessageSujet: Re: Radars allemands, généralités   Mar 7 Oct 2008 - 15:35

Agneti je voudrais pas etre un oiseau de mauvais ogure mais c'est pas gagné lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoire-fortifications.com
EKAERGOS
Spécialité: armement
Spécialité: armement
avatar

Nombre de messages : 1950
Age : 59
lieu : Grand Sud
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Couverture Radar Allemande du Sudwall   Ven 6 Mar 2009 - 22:59

Bonjour à tous et en particulier nos Radaristes

Je ne suis aucunement qualifié en la matière mais j'aurais une question à poser (Si celà existe déja dans cette rubrique je vous fait mes plus plates excuses ! )
Question:[i]
Existe t il une synthèse de la "couverture" radar allemande de notre littoral méditerranéen permettant de se faire une opinion de ses performances (Surface+Distance+Altitude)?
Je n'ose réver d'une carte mais une petite synthèse serait la bienvenue en présentation de cette rubrique et permettrait au néophytes,tels que moi, d'avoir une meilleure idée de ce que les allemands pouvaient repérer lorsque des avions alliés (Reconnaissance,Bombardement ou Parachutages aux Maquis) traversaient notre espace aérien.
Celà pourrait être également interessant aux chercheurs "pointus" sur leur secteur géographique que ce soit en Radar ou tout autres domaines d'avoir une telle synthèse.
Désolé si j'enfonce peut être une "porte ouverte"
Cordialement et A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P38-13
Spécialiste radariste et aviation
Spécialiste radariste et aviation
avatar

Nombre de messages : 830
Age : 76
lieu : Eyguières
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Couverture Radar Allemande du Sudwall   Sam 7 Mar 2009 - 5:57

Bonjour EKAERGOS,
A ma connaissance, il n'existe pas de synthèse en la matière... des indications sur le site Lostplaces avec des informations, au niveau des positions, assez fantaisistes souvent, mais provenant essentiellement d'archives allemandes...d'autres sites internet évoquent et parlent des stations radar, mais, il faut être prudent dans les informations recueillies.
Pour ma part (et c'est une passion), j'essaie de faire concorder, informations d'archives et visites sur le terrain...je suis comme Saint-Thomas, je crois que ce que je vois, ou plutôt ce que je peux retrouver sur le terrain, actuellement.
Ceci dit, si notre Maître en de nombreuses matières, en l'occurence Alain Chazette, veut bien intervenir, pas de problèmes, sinon, je peux tenter de faire une synthèse de l'affaire, dans la mesure de mes connaissances et possibilités, car je n'ai pas tout retrouvé.
Michel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EKAERGOS
Spécialité: armement
Spécialité: armement
avatar

Nombre de messages : 1950
Age : 59
lieu : Grand Sud
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Radars allemands, généralités   Sam 7 Mar 2009 - 7:04

cheers Bonjour P38-13
Merci de ta réponse ,mais tu sais ce n'est pas une carte extrèmement précise en fonction des emplacements soigneusement repérés à laquelle je pensais mais plutôt d'une carte sommaire permettant ,en gros de connaitre:

1)-Si l'ensemble du littoral était couvert ,ou s'il y avait des "zone d'ombres" ou des trous ?
2)-La Portée approximative en particulier vers la mer ?
3)-Les performance approximatives en altitude en particulier à partir de quelle altitude devait voler un avion pour passer sous les radars.

Ou même une appréciation littérale pour les non spécialistes sous forme d'évaluation du genre:
La Couverture Radar allemande sur le littoral Méditerranéen en 1944 pouvait elle se comparer à celle de la Grande-Bretagne en 1940 ?
(En particulier celle de la Manche lors de la Bataille d'Angleterre)

Voila ,je pense qu'une telle synthèse permettrait une meilleure compréhension des opérations aériennes et de leur problématique , en particulier pour les non spécialistes ,et même pour les autres pour avoir une vue générale de la question en l'état actuel de nos connaissances quite à la compléter au fur et a mesure des "découvertes".


PS: Redoutable avion le P38 ! y a pas longtemps un après midi ça a rafalé sec !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chazette A
Spécialiste Bunkerarchéo - Artillerie - Archives Armée Allemande
Spécialiste Bunkerarchéo - Artillerie - Archives Armée Allemande
avatar

Nombre de messages : 1362
Age : 53
lieu : Paris - Nantes
Date d'inscription : 22/02/2007

MessageSujet: Re: Radars allemands, généralités   Sam 7 Mar 2009 - 17:24

Citation :
La Couverture Radar allemande sur le littoral Méditerranéen en 1944 pouvait elle se comparer à celle de la Grande-Bretagne en 1940 ?
(En particulier celle de la Manche lors de la Bataille d'Angleterre)

Non car la detection anglaise était primaire à cette époque

En exemple pour un radar Seetakt :
A 6 m au-dessus du niveau de la mer, la portée sur un petit bateau est d'environ 15 km, à 30 m elle est de 24 km, à 75 m elle est de 37 km.

Une station type de la Luftwaffe est constituée de deux appareils Würzburg Riese Fu.SE 65, d’un Freya Fu.MG 401 LZ et d’un Freya Fu.MG 450 Flamme. D’autres appareils type Freya Egon ou Fahrstuhl peuvent aussi selon les disponibilités se retrouver au sein d’une station.

Le but principal du Wassermann est la détection d'avions à grande distance (200 km) et éventuellement, la direction de la chasse.
Il remplace en Méditerranée les radar Mammut présent sur l'Atlantikwall (pas de mammut sur le Südwall)

Le radar Freya est un appareil qui mesure à la fois la distance et le relèvement de la cible mais non le site.
Portée : 20 km sur un avion volant à 50 m d'altitude, 30 km pour 100 m d'altitude, 60 km pour 1 000 m, 120 km pour 3 000 m.

Le radar Fu.SE 65 Würzburg Riese ou Géant est un appareil fixe destiné à mesurer le relèvement et site des avions. Portée 70 Km

voici un schéma explicatif simple réalisé par mes soins pour le 1er livre Atlantikwall et paru aussi dans un article sur la Station "Vogel" (faut pas confondre avec Jos lol!


En bref le wassermann détecte entre 150 et 200 km la vague d'avions, il est relayé par les Freya et eux même relayés par le W. R. pour la detection et les batteries de Flak sont conduites pour le tir par un W. Anton

pour + de détails se referrer à mon livre Atlantikwall mythe ou réalité chapitre sur les radars allemands de la Kriegsmarine et de la Luft
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoire-fortifications.com
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14316
Age : 52
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Radars allemands, généralités   Dim 8 Mar 2009 - 3:39

Nous avons nous sur le fofo :
un radar à béton ...le JORY..."snif snif oooh ca sent le béton armé par ici !!! "

Fx lol! Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
P38-13
Spécialiste radariste et aviation
Spécialiste radariste et aviation
avatar

Nombre de messages : 830
Age : 76
lieu : Eyguières
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Couverture Radar Allemande du Sudwall   Dim 8 Mar 2009 - 11:50

Bonsoir,
Et si nous parlions des "trous" dans la couverture radar sur le Sudwall; Alain Chazette n'a pas abordé le sujet.
Tout d'abord, qu'entend t'on par Sudwall ...uniquement le littoral ou toute la zone sud de notre région? En matière de couverture radar, il faut tout prendre en compte car c'est un ensemble (tout au moins c'est ce que je pense).
C'est dans le courant du deuxième semestre 1943 que les allemands (après l'évacuation de la Sardaigne, les débarquements en Sicile puis en Italie, auxquels il faut ajouter les premiers bombardements sur notre région, terrains d'aviation d'Istres et de Salon en août 43) prirent conscience de la nécessité d'une couverture radar de notre région alors que de nombreuses stations étaient déjà installées dans le nord de la France et sur les côtes de l'Atlantique depuis deux ans.
C'est donc au cours du deuxième semestre 43 que les premières stations, mises en oeuvre par les services des transmissions de la Luftwaffe, furent implantées sur le littoral. C'étaient des stations importantes dont 3 d'entre-elles étaient dites de 1er catégorie comportant 1 radar à longue portée Wasserman, 2 Freya et 2 Wurzburg Riese (Cap Leucate LEUCHKAFER, Toulon Carqueiranne TRUTHAHN et le Cap Drammont RUSSELKAFER). Les autres étaient dites de 2e catégorie, comportant "uniquement" 2 Freya et 2 Wurzburg Riese; Montpellier-Palavas MAULTIER, Martigues-Cap Couronne MAHRE.
Compte tenu de la portée des radars, notamment des Wasserman, on peut dire que la surveillance aérienne était complète et qu'il n'y avait pas de "trous". Toutes ces stations étaient (à priori) toutes opérationnelles lors de la période charnière d'août 1944.
Dans le même temps, à quelques mois près, la Luftwaffe implanta une chaîne de radars tout le long de la vallée du Rhône. Dans leur grande majorité les stations étaient dites de 3e catégorie, c'est à dire ne comportant que 2 Wurzburg Riese. Elles étaient disposées en quinconce de chaque côté de la vallée du Rhône à environs 50 à 60 km les unes des autres...portée des Wurzburg ce qui permettait aux différentes stations de croiser leurs faisceaux. En théorie, il n'y aurait pas du avoir de "trous"; en réalité, en août 1944, lors du repli allemand, la plupart des stations n'étaient pas opérationnelles et certaines étaient encore en cours de construction.
Cette chaîne débutait sur le littoral avec GIRAFFE aux Salins de Giraud, puis Salon de Provence SALAMANDER (non encore localisée), Rémoulins NACHTEULE(non encore localisée), Orange OCHSE (non encore localisée) Saint-Remèze ALLIGATOR (station de 2e catégorie à 3 Freya et 2 Wurzburg Riese), Autichamp MUNGO, Le Devesset TAPIR.
A titre anecdotique, j'ai arrêté mes recherches au niveau de Tapir car on sortait de la zone des oliviers, mais la couverture radar se poursuivait jusqu'à Lyon et largement au dessus.
Voici pour les stations de notre région; maintenant pour revenir sur le phénomène de pouvoir passer "sous les radars" pour ne pas se faire repèrer, Alain Chazette l'a précisé: environ 50 m d'altitude. Pour preuve: en prélude au débarquement de Provence, le 15 août 1944, un assaut général fut donné aux stations radar du littoral par les chasseurs et chasseurs-bombardiers de la XVe Air Force (P51 et P 38) les 12 et 13 août. Les appareils, provenant d'Italie approchèrent de nos côtes à une altitude moyenne de 15 m au dessus des flots...il fallait le faire car en mer ce n'est pas évident.
En espèrant ne pas avoir été trop long
Une bonne soirée à tous
Michel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EKAERGOS
Spécialité: armement
Spécialité: armement
avatar

Nombre de messages : 1950
Age : 59
lieu : Grand Sud
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Radars allemands, généralités   Dim 8 Mar 2009 - 12:16

et P38-13
Je suis sur qu'il n'y a pas que moi qui ai appris des choses ce soir !
Concernant les trous je pensais évidemment à la densité des installations mais également aux "zones d'ombres" dues aux reliefs en particulier dans l'arriere pays et évidemment les Alpes car je me demandais si grace aux radars les Allemands pouvaient repérer les parachutages dans les zones accidentés des Alpes. Je sais que souvent les avions largueurs s'intégraient à des formations de bombardiers ou tout au moins avec un plan de vol faisant penser à une mission de bombardement.
Et surtout n'hésites pas à faire long quand c'est de cette qualité pour ma part j'en redemande !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P38-13
Spécialiste radariste et aviation
Spécialiste radariste et aviation
avatar

Nombre de messages : 830
Age : 76
lieu : Eyguières
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Couverture Radar Allemande du Sudwall   Dim 8 Mar 2009 - 12:39

EKAERGOS bonsoir,
l'arrière pays n'était pas du tout couvert en matière de surveillance aérienne radar, hormis l'Aveyron, avec une station que j'ai omise dans mon post précédent: MURANE à Millau, station de 2e catégorie, à 3 radars Freya et 2 Wurzburg Riese.
Je n'ai pas d'infos sur l'intégration d'avions de parachutage de matériels à la résistance au sein de formations de bombardement normales. Ce serait intéressant à creuser, car, à ma connaissance les missions de parachutages avaient lieu la nuit alors que les missions de bombardement de l'USAAF au départ d'Italie avaient toujours lieu de jour; de plus, je crois savoir que les appareils transportant armes et matériels provenaient principalement d'Angleterre.
Si tu as des infos, je suis preneur car c'est un domaine que je n'ai pas abordé bien qu'il s'agisse d'aviation.
Michel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EKAERGOS
Spécialité: armement
Spécialité: armement
avatar

Nombre de messages : 1950
Age : 59
lieu : Grand Sud
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Parachutages en France   Dim 8 Mar 2009 - 13:50

Pour ce qui est des parachutages j'ai surtout ,pour la partie aéronautique; des souvenirs de lectures et en particulier d'articles de P LORRAIN sur les matériels de la Résistance Les avions parachteurs partaient d'Angleterre mais également d'Alger pour ce qui est de la zone méditerranéenne.
Du matériel allemand saisi en Afrique du Nord (Kar98k) était ainsi chargé de même que du matériel italien ,un maquis de Charente ou avoisinant ayant ainsi reçu des Carcano 91. J'ignore si par la suite ces avions ont décollés ,ou chargés, en Corse ainsi qu'en Italie du Sud ce qui paraitrait logique dans ce dernier cas pour l'aide aux maquis grecs et yougoslaves voire slovaques . Ce que je sais par contre c'est que quelque soient le "commanditaire" S.O.E britannique ou O.S.S américain le largage et plus largement la composition du chargement était du ressort des britanniques RAF et SOE.
C'est ainsi que les Britanniques (SOE) ont opposé un refus courtois; mais ferme; aux américains qui avait eu l'idée géniale de faire fabriquer à 1 Million d'exemplaires l'ineffable FP45 "Libérator" (Pistolet à un coup à canon lisse tirant la 45 ACP) Pour la RAF celà se comprend mieux car le largages des containers de nuit sur des DZ de fortune devaient requérir un entrainement particulier
Pour ce qui est des "techniques" je me souviens effectivement avoir lu que lors de largages par un seul avion celui ci s'intégrait à une formation de bombardement pour ensuite "faire un crochet" au dessus de la DZ ce qui lui assurait une relative protection au début
Ensuite les opérateurs radars allemands pouvaient penser à un appareil ayant des problèmes mécaniques et retournant à sa base Mais il est vrai que rien ne mentionnait que cette technique ait été utilisé ailleurs qu'au départ d'Angleterre je l'ai simplement cité pour mémoire Je me doute que si des formations importantes larguant de jour comme aux Glières ou au Vercors n'avait pas besoin de çà un appareil unique larguant de nuit sur l'Ubaye ou la zone du Verdon pouvait avoir besoin de "ruser" puisque grace à vous je sais maintenant qu'il pouvait être "pris en charge" par les radars allemands plusieurs dizaines de Kilomêtres avant d'atteindre les cotes
Désolé de ne pas pouvoir fournir de sources plus précises ! (la prochaine fois je vais venir vous enquiquiner avec une question du genre "... et la chasse de nuit allemande dans le coin ..?
encore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P38-13
Spécialiste radariste et aviation
Spécialiste radariste et aviation
avatar

Nombre de messages : 830
Age : 76
lieu : Eyguières
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Couverture Radar Allemande du Sudwall   Dim 8 Mar 2009 - 14:30

"chasse de nuit allemande"...alors là pas de problème et réponse rapide pour notre secteur Sudwall (à moins de surprises et d'informations contraires de dernières minutes)...Il n'y a jamais eu de formation aérienne (escadre ou escadrille spéçialisée en la matière) sur la région sud-est; il faut chercher au nord de Lyon pour trouver des unités pratiquant la "chasse nocturne". Chez nous, on pratiquait uniquement la chasse diurne. N'oublions pas une chose: aux américains, les bombardements de jours, aux anglais, les bombardements de nuit (manip générale). Dans nos secteurs, ce sont essentiellement les formations de l'USAAF basées en Italie qui journellement, et de jour, remontaient les Alpes et la vallée du Rhône pour bombarder l'Allemagne. Je pense que la solution se trouve dans ce fait.
Michel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CALCINE Jacques
Spécialiste radariste et aviation
Spécialiste radariste et aviation
avatar

Nombre de messages : 519
Age : 69
lieu : Chantilly (60)
Date d'inscription : 08/01/2008

MessageSujet: Couverture radar allemande du Sudwall   Lun 9 Mar 2009 - 12:37

Bonjour,
Je rejoins ce que dit P38-13 à propos des trous de détection pour les stations de l'arrière pays.
J'avoue ne pas m'être penché sur la question pour les stations en bord de côte, sauf justement pour Müräne, à l'intérieur, car çà m'a interpelé (voir ce chapitre);
C'est un sujet extrèmement complexe, celà s'appelle un calcul d'intervisibilité pour calculer justement tous les masques de relief utilisables.

Je vous passe pour info la formule magique pour avoir la portée optique, c'est à dire la portée théorique dégrossie en fonction de l'altitude, et liée à la courbure de la Terre:

Portée en Milles nautiques (1,852 km) = 1,23 x racine carrée de la hauteur en pieds (0,303 m)

Donc, une antenne à 120 m de hauteur, soit 400 ft, commencera à détecter ce qui arrive au raz des flots en deçà de 1,23 x 20 (racine carrée de 400) = 24,6 Nm soit en gros 45 km
Inversement, pour un radar au raz de l'eau, un avion à 30 m d'altitude (100 ft) sera détecté à partir de 12,3 Nm soit 23 km.
Pour les reliefs, il faut faire pareil avec la distance de ceux-ci et leur hauteur.
C'est théorique, car il faut se rappeler que les radars n'avaient pas de scope panoramique mais des tubes cathodiques où les "échos", en fait des bips, devaient être décelés et interprétés au milieu d'un fouillis de retour de sol et de pbs divers dus à la météo et j'en passe!
D'autre part, mis à part le Wurzburg, il n'y avait que 2 dimensions (azimut et distance), le site étant dégrossi d'après je crois divers procédés de déphasages manuels de l'émission autour d'un site optimal donnant une distance optimale. Au dessus, c'était aléatoire, et au dessous itou en plus des pbs cités.
Il y avait bien sûr des courbes de portées de détection en fonction de l'altitude, donc du site, çà doit se trouver qq part aux archives alliées , je ne les connais pas.
Denier point, la détection est fonction de l'angle de présentation (donc réverbération) des surfaces métalliques, donc les disques d'hélices d'un avion de face, c'est le tarif maximal!

Moralité, je pense qu'à haute altitude, disons à partir de 5000m, la couverture devait correspondre aux schémas d'Alain Chazette, mais en dessous bonjour l'Emmenthal !!
A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CALCINE Jacques
Spécialiste radariste et aviation
Spécialiste radariste et aviation
avatar

Nombre de messages : 519
Age : 69
lieu : Chantilly (60)
Date d'inscription : 08/01/2008

MessageSujet: Couverture radar allemande du sudwall   Jeu 12 Mar 2009 - 2:59

J'ai regardé de plus près ma doc. et je précise ma pensée.

Tout comme la portée maximale de chaque radar, le calcul de la "fenètre" de passage en basse altitude ou des masques de relief est également théorique, il faut regarder dans la réalité:

- En dehors de la famille Würzburg où comme on le sait le pointage en site était sa spécificité, le seul autre radar à posséder une fonction site était le Wassermann:
Je ne connais pas exactement la technique , mais d'après ce que j'ai compris (car j'ai oublié le reste...) et noté, le faisceau avait un calage et une hauteur de site entre 3° et 20° , et un déphasage des ondes était effectué "entre 0 et 2,5°", je pense probablement de part et d'autre de la valeur de site donnant la distance optimale; la précision en site était alors de 1°, c'est à dire en gros une tranche de 2000m d'altitude à 200km de distance.

- Je n'ai pas trouvé pour le faisceau du Freya, ce devait être pareil, mais on voit déjà que pour le Wassermann, ce n'était pas à partir du sol (ou de la mer) à 0° mais à partir de 3° à cause du fouillis des échos parasites de surface: Il n'y avait pas alors le système de "suppression des échos de sol" et rappelez vous aucun scope panoramique de vision d'ensemble, seulement un tube cathodique par élément mesuré. Donc un avion pouvait se balader paisiblement à basse altitude sans être repéré au milieu d'un crachoullis d'échos digne d'un électrocardiographe de chez le Docteur House !!
C'est pour celà que le Wurzburg était indissociable au Freya car outre la donnée du site en général, son faisceau directif et plus étroit permettait une meilleure exploration en BA, mais sur information préalable d'existence, donc de détection, de la part du Freya ou du Wassermann, donc en BA on revient au même pb...

- Evidemment, dans le cas du Seetakt, un bateau c'est facile à distinguer, d'abord çà ne va pas vite, ensuite çà donne un sacré "pavé" sur un scope (j'ai eu le cas avec le cuirassé New-Jersey !)

- Pour le Mosquito, le fait de procéder en général en isolé et d'avoir des formes harmonieuses et en bois, donc aucune arête métallique réfléchissante, le faisait détecter très difficilement, mais en présentation de face, les disques de rotation des hélices, métalliques, le mettaient dans le même lot, c'est la valeur maximale dans ce cas là!

- Pour les avions de parachutage lourd dans notre région, ils opéraient a priori en isolé et à partir d'Algérie, à l'exemple du Halifax abattu à Leucate le 27 avril 44 à 2 h du matin, qui appartenait au Sqdn 624 basé à BLIDA.
Quand à la chasse de nuit, effectivement elle était, pour la France, concentrée vers chez moi à LAON et JUVINCOURT entre autres.

A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P38-13
Spécialiste radariste et aviation
Spécialiste radariste et aviation
avatar

Nombre de messages : 830
Age : 76
lieu : Eyguières
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Couverture Radar Allemande du Sudwall   Jeu 12 Mar 2009 - 10:59

Bonjour à tous et à Jacques en particulier,
Il va falloir reprendre notre doc, car je vois un problème au niveau du Wasseman.
Pour moi, et jusqu'à preuve du contraire comme je le dis toujours, parmi les deux types généraux de Wasserman, types "pylônes" et "cylindre" seul ce dernier pouvait, en plus des calculs de la distance et du relèvement, donner le site, c'est à dire l'altitude, d'un avion ou d'une formation aérienne. Or sur le Südwall, nous avions trois Wasserman de type "pylône", donc, à priori, pas de calcul de site, réservé aux Wurzburgs.
Je vais me plonger dans les "papiers" pour en être totalement sûr.
Michel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CALCINE Jacques
Spécialiste radariste et aviation
Spécialiste radariste et aviation
avatar

Nombre de messages : 519
Age : 69
lieu : Chantilly (60)
Date d'inscription : 08/01/2008

MessageSujet: Couverture radar allemande du sudwall   Jeu 12 Mar 2009 - 14:09

Bonsoir Michel,

Je te confirme l'info, et corrige en même temps une erreur de lecture, ayant trouvé au SHD / Air un tableau de synthèse (2 x A3 !! / le temps de scanner et je te l'adresse) du 15/02/45 où est mentionné:
"Petit WASSERMANN (à poutrelles)/ colonne site : Déphasage 2 positions 0° ou 2,5°" (j'avais mal lu et recopié "à")
Pour le "grand Wassermann (à cylindre) il est mentionné "peut être déphasage plan vertical"; il est vrai que dans une autre doc (résumé d'ensemble sur la DA allemande) j'avais relevé les perfos en site (précision 1° / de 3° à 20°) mais seul le "Wassermann Chimney" est mentionné, pas les autres, j'ai donc conclu a priori que les "Pylones" avaient le même diagramme en site;
Maintenant si tu as des infos plus fraîches (rapports d'expertises après-guerre par exemple) pour l'un comme pour l'autre, ce seront les bienvenues !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P38-13
Spécialiste radariste et aviation
Spécialiste radariste et aviation
avatar

Nombre de messages : 830
Age : 76
lieu : Eyguières
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Couverture Radar Allemande du Sudwall   Ven 13 Mar 2009 - 9:17

Jacques bonsoir,
Ma doc principale repose sur une note, de 15 pages, émanant des services de renseignements de la Royale, qui détaille tous les types de radars utilisés par les allemands; elle est datée du 28 mars 1945 et a été réalisée à partir de l'étude des appareils retrouvés sur notre territoire.
Je poste la partie générale concernant le Wasserman.
Michel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CALCINE Jacques
Spécialiste radariste et aviation
Spécialiste radariste et aviation
avatar

Nombre de messages : 519
Age : 69
lieu : Chantilly (60)
Date d'inscription : 08/01/2008

MessageSujet: Re: Radars allemands, généralités   Sam 14 Mar 2009 - 12:57

Bonjour,
Merci pour le C/R, au moins une info basée sur qq chose de concret, même si c'est maigre.
J'ai regardé un peu partout (LA8AK, wikipédia...), j'essaye de synthétiser tout çà mais j'avance prudemment car il n'y a pas de distingo entre le "pylon" et le "chimney" et peut être même un mélange des deux;

J'ai relevé d'une part le schéma suivant où le Wassermann est soit disant en 1 (en fait les deux faisceaux qui vont le + loin), le Jagdschloss en 2, le Freya en 3, le WR en 4 et 5.

https://i.servimg.com/u/f87/11/87/45/28/perf110.jpg

Comme données, la plage de balayage en site est mentionnée (wikipédia) de 3 à 18° et la précision 0,75° en milieu de faisceau (ce qui recoupe en gros ce que j'ai mentionné jeudi).

Pour la mesure de site, il est mentionné "lobe switching", ce qui se traduirait par "permutation de lobe" c'est à dire le passage électromécanique d'un lobe "secteur bas" (le zéro mentionné jeudi?) à un lobe "secteur haut"( les 2,5° ?), donc en fait pas d'indication chiffrée de site à proprement parler mais d'un lever de doute sur une tranche d'altitude moyenne ou haute, et ce qui correspondrait aux 2 lobes distincts du schéma
> Donc est ce uniquement pour le "pylon" comme mentionné dans le C/R de jeudi?
C'est ce que se serais tenté de croire, vu que dans ton C/R il est mentionné "orienté", ce qui indiquerait une notion de graduation, progressive, dans le balayage, donc peut être de connaissance précise du site.

C'est pas évident, on fait avec peu et pas à pas.

Il me manque cependant une notion trigo de base, complètement oubliée:

>> A quoi correspond un degré d'angle à 100 km ?

C'est le cas concret du Wassermann, pour la précision, j'ai essayé d'une part la méthode des Artilleurs (les "millièmes") qui me donne exactement 1100m, et la méthode des Aviateurs (le rapport 1 / 60 pour 10°, d'après les radians) qui me donne 166 m: c'est pas pareil, j'y perd mon latin, au secours quel est le bon ??

Une chose est sûre, à 300km (portée max dégrossie) avec une antenne au raz de l'eau, l'altitude minimale de détection était de 5000m, c'est pour çà que j'essaye de représenter en altitude les différentes valeurs angulaires mentionnées.
A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
a200tq1977

avatar

Nombre de messages : 207
Age : 41
lieu : Fontenay-sous-Bois (94) - Sète (34)
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Radars allemands, généralités   Jeu 19 Mar 2009 - 1:41

Eh bien, on en apprend des choses très interessantes ici cheers

Merci à vous Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Radars allemands, généralités   

Revenir en haut Aller en bas
 
Radars allemands, généralités
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» doc sur les radars Allemands
» [All GPS] Mise à jour des radars pour Tomtom et iGO8 et les autres ...
» [SOFT] REAL TIME TRAFFIC : Avertisseur de radars en temps réel [Gratuit]
» Blockhaus allemands autour de Strasbourg
» Aviatik et autres avions allemands de 1915

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sudwall :: LES STATIONS RADARS ET CENTRES DE DETECTION-
Sauter vers: