étude des fortifications allemandes sur la côte méditerranéenne en France
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
EXPOSITION " CANNES OCCUPEE 1942 -1944 " A CANNES DU 3 OCTOBRE 2017 AU 28 JUIN 2018 A L'ESPACE CALMETTE - ENTREE LIBRE . LES APRES MIDI DU LUNDI AU VENDREDI

Partagez | 
 

 Libération de Digne les Bains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jeremy04000



Nombre de messages : 6
Age : 31
lieu : Digne les bains (04)
Date d'inscription : 22/07/2009

MessageSujet: Libération de Digne les Bains   Jeu 16 Sep 2010 - 6:53

Bonjour à tous,

voila je souhaiterai savoir si des personnes aurai (ent) des informations sur la liberation de ( Di) gne en ao(û)t 1944 ma ville natale.

Je voudrai surtout savoir si il y a eu des combats et des positions FFI, allemand (es) et americain(e) s.

ou peut etre qu'il y aurai (t) un site ou je peu(x) trouv(er) tout ca??

Bonne journée et merci d'avance

CORRIGE PAR ADMIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moonceff



Nombre de messages : 4
Age : 30
lieu : Digne les bains
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: Libération de Digne les Bains   Lun 31 Jan 2011 - 12:06

Si tu veux avoir une idée précise de ce qui a eu lieu à la libération de Digne les bains, je te conseille de te procurer Ca sentait l liberté et l'esperance, de Guy Reymond.
C'est un ouvrage qui reprend l'action de la Task force Butler dans la liberation des Alpes de haute provence; dans son mouvement de débordement de la vallée du Rhone.
Il ya plein d'iconographies d'époque, et c'est basé sur une correspondance entre l'auteur, des Dignois, et des soldats américains qui ont libérés le departement, dont le Général Butler.
La partie sur Digne tient la majorité du livre.

En gros pour te faire le résumé, Digne n'était pas sur la route directe de la task force butler (mais plutot sur celle de la 36eme division qui montait de Draguignan par Castellane).
Ayant pris contact la veille au soir avec la resistance, Butler a eu connassance de la présence de près de 800 soldats allemands à Digne, soi une force importante sur la droite de sa ligne de progression le 19 aout(Riez - Oraison - Sisteron). Il scinde ainsi ses effectifs en trois parties, la majorité qui aura pour but sisteron, la seconde partie se dirigera sur Digne par la vallée de l'asse et la troisieme par les Mées pour appuyer les combats.
La liberation sera complète au soir du 19 aout 1944. La Task force butler fera pres de 800 prisonniers, aidée des forces de resistance ( en majorité des resistants de la raison de Riez ). Il y aura plus de 20 soldats allemands tués dans les combats.

je peux aussi te conseiller le livre de la société "Sabenca de la vallea" Hitoires vecues en Ubaye 1939 - 1945. celui ci parle des combats de juin 1940 et des combats de 1945.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14163
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Libération de Digne les Bains   Mer 27 Sep 2017 - 4:45

A Riez, le 19 août 1944, le général Schuberth, commandant la place forte de Digne, capturé par les FTP et les Américains, est emmené vers les plages du débarquement de Provence

Prisonnier des Américains et accompagné de son « aide de camp », le général Schuberth est emmené vers les plages du débarquement pour être interrogé et transféré dans un camp de prisonniers aux Etats-Unis. Lors de la traversée du village de Riez, il est invectivé par des villageois ; le soldat américain à l’arrière de la jeep semble leur demander de s’éloigner.

Le 19 août vers 10 h 30, la compagnie B de la Task force Butler arrive à Digne. La résistance allemande empêche leur progression plus en avant dans la ville. Léopold Comte, FTP de la 3e compagnie, arrive au même moment en moto de Châteauredon.

Voici son témoignage sur la capture du général Schuberth, cité par Guy Reymond dans son ouvrage sur la libération de Digne :

« Cela m’a permis de rejoindre la colonne américaine à l’entrée de Digne, au moment où les Allemands faisaient sauter les arbres. Nous avons stoppé et avec 2 ou 3 jeeps, nous nous sommes frayés un passage jusque devant l’Ermitage (Hôtel Ermitage, siège du QG Allemand). Avec RABANIN qui m’avait rejoint, notre mitraillette Sten à la main, nous sommes passés en courant sous le porche, on a traversé la cour et on est entré dans l’hôtel par la porte principale. On a pris un peu de risques, mais les Américains braquaient toutes les fenêtres. Arrivés au premier étage, nous avons ouvert plusieurs chambres et sommes tombés sur celle du général. Schuberth tremblait, mais lorsqu’il a vu qu’il y avait deux soldats américains derrière nous, son visage est devenu un peu plus tranquille. Et c’est au bout d’un moment qu’il m’a demandé en français s’il pouvait se mettre en grande tenue. J’ai respecté son vœu. Nous étions des soldats sans uniforme, mais il fallait quand même respecter les lois de la guerre. Il est sorti en grand uniforme : casquette, veste, pantalon à bande rouge. Il avait sous le bras une serviette en cuir, je crois. Arrivé à l’extérieur de l’hôtel, un officier américain m’a dit : « Pardon, monsieur, il est à nous ; Il n’est pas à vous. » Ils l’ont fait monter dans une jeep, puis ils sont partis. Il était alors onze heures. »

Auteur : Pierre Ciantar

http://museedelaresistanceenligne.org/media7707-Le-gA

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14163
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Libération de Digne les Bains   Mer 27 Sep 2017 - 5:10

Digne est occupée par l'Italie de novembre 1942 (après le débarquement allié en Afrique du Nord le 8 novembre 1942), des unités de la IVe armée occupent la région (dont la division Pusteria à Digne). Lorsque l’armée italienne se retire en septembre 1943, l’armée allemande prend immédiatement le relais. Dans la région, c’est la 148e division d'infanterie de réserve qui est présente et installe une kommandantur à Digne50, avec des effectifs de 792 hommes.

Avec la dissolution de l'armée d'armistice, le commandant Chaumont du 20e bataillon de chasseurs alpins commence à structurer l'Organisation de résistance de l'armée locale (ORA). L'Occupation déclenche le renforcement des actions de la Résistance : la façade du journal collaborateur L'Éclaireur est la cible d'un attentat perpétré par Combat, puis le service allemand de placement des ouvriers français dans les usines d'Allemagne52 (dès le 10 novembre 1942).

Pendant toute la guerre, trente-quatre juifs sont arrêtés à Digne avant d’être déportés.

Le 1er mai 1943, des locomotives sont sabotées par la Résistance.

Le 16 août 1944, la ville est bombardée par des P-47 Thunderboldt, qui ont décollé d’un terrain proche de Bastia en Corse. Leur objectif est le grand pont de Digne, traversant la Bléone, mais une seule bombe atteint le pont, n’entravant que pour quelques heures le passage des véhicules. Plusieurs immeubles sont endommagés56. Le bombardement fait vingt-quatre victimes civiles et 2 tués Allemands (25 au total selon Jean Garcin).

La ville est libérée le 19 août 1944 par la Task Force Butler, détachement motorisé composé d’éléments blindés, d’infanterie et d’artillerie provenant des 36e division d’infanterie du Texas et 45e division d’infanterie US, aidée des forces de la Résistance.

Les premiers accrochages ont lieu en milieu de matinée à Châteauredon, à l’endroit où la voie de chemin de fer traverse la route départementale. Au moment où la colonne blindée s’approche, les Allemands tirent de leurs positions surplombant la route. Ils décrochent ensuite vers le village où ils sont pris à partie par les canons des blindés. Certains sont faits prisonniers dans le village, d’autres dans la chapelle. D’autres se replient vers la Clue de Chabrières et engagent le combat avec des résistants58. La progression de la colonne continue vers Digne sans résistance. Au niveau des Ferréols, les soldats investissent l’hôtel de l’Ermitage, quartier général de l’armée allemande à Digne, et capturent le général Schubert commandant la place. Ayant miné et fait exploser les arbres longeant la route, les Allemands retardent pour un temps la colonne aux Ferreols. Après avoir tenté de progresser le long de la Bléone, l’attaque est menée par l’avenue du Lycée, qui est transformé en 217e hôpital de campagne par la Wehrmacht60. Devant la résistance rencontrée en différents points dans le centre-ville, et l’impossibilité de manœuvrer avec les blindés, du fait de l’étroitesse des rues, les Américains décident de bombarder la ville par des obusiers M7-Priest, en position à Gaubert. Une seconde colonne blindée ayant progressé par Oraison, les Mées et Malijai, envoyée en appui de la première, entre dans Digne par la route de Mallemoisson et nettoie les différentes poches de résistance allemande, notamment le dépôt de carburants de la Tour, puis progresse vers le centre ville par la rive droite de la Bléone. En fin de journée, après les derniers combats, la garnison se rend aux forces américaines, qui font près de entre 600 prisonniers et 800 prisonniers, dont le général Schuberth, chef de la Feldkommandantur.

La libération de Digne s’inscrit dans un mouvement de contournement de la vallée du Rhône, à travers les Alpes, par la route Napoléon, confié à la Task Force Butler et qui vise à couper la retraite à l’armée allemande stationnée en Provence. À Aspres-sur-Buech, la colonne fait mouvement vers l’ouest, en direction du Rhône et de Crest (bataille de Montélimar). Les combats font dans la journée 6 tués et 11 blessés du côté allié et au moins 21 tués du côté allemand. Les soldats allemands tombés durant les combats pour la libération de Digne-les-Bains ont été enterrés au carré militaire allemand du cimetière du bourg, auprès des autres soldats tués durant l’Occupation, au cours de différents combats contre les forces de la Résistance. En mars 1958, leurs corps sont exhumés et transférés au cimetière militaire allemand de Dagneux (Ain).

Le 20 août 1944, un défilé a lieu et replace solennellement l’effigie de la République au rond-point du colonel Payan.

Immédiatement après la Libération, l’épuration commence. Des exécutions après procès expéditifs (avec juge mais sans avocats) ont lieu.

À partir du début de l’année 1945, de nouveaux convois de troupes passent par la ville en direction de la poche de résistance allemande de l’Ubaye.

Un camp de prisonniers de l'Axe est établi à Digne, sous le numéro de dépôt 157 ; jusqu'à 2700 militaires y sont emprisonnés. L’un d’eux se distinguera en portant secours à des aviateurs américains victimes d’une catastrophe aérienne sur le Cheval Blanc

Wikipedia

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Libération de Digne les Bains   

Revenir en haut Aller en bas
 
Libération de Digne les Bains
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Libération de Metz, par la 1e demi-brigade (8e,16e,30e BCP)
» bande d'imprimés du comité de libération
» Femme qui lit... libération
» libération de Paris
» La libération

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sudwall :: LA GUERRE DANS LE SUD DE LA FRANCE (1939-1945) :: La Bataille des Alpes 1944-1945 et l'après guerre.-
Sauter vers: