étude des fortifications allemandes sur la côte méditerranéenne en France
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 A la recherche de Saint Exupery

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14063
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: A la recherche de Saint Exupery   Sam 25 Mar 2006 - 9:08

Cap Croisette, 31 juillet 1944, 12 heures 35.

Anton enclencha la rotation de la tourelle. Un tour complet, un autre dans le sens opposé, puis rotation saccadée à droite et, pour finir, à gauche. Inclinaison du fût. Tout semble fonctionner impeccablement. Le canonnier se tourne vers Heinrich et lui fait un clin d'œil, pouce levé. L'installateur voulut lui conseiller de lâcher une courte salve pour terminer et constater l'effet du recul… C'est à ce moment précis que le bruit de l'avion se fit entendre… Anton, fin guerrier toujours aux aguets, pointa le fût de son arme vers l'endroit d'où venait le bruit. Canon chargé, il vit soudain l'appareil surgir sur sa gauche, juste au-dessus du Bec de Sormiou…

- Gabelschwanz! (Queue fourchue) s'exclama-t-il… (1)

Il visa et tira une salve. Deux coups, pas un de plus et la tourelle se bloqua instantanément. Impossible de garder l'avion accroché dans la mire... Anton le suivit du regard, tout en pédalant comme un malade pour tenter de débloquer cette satanée tourelle. Mais rien n'y fit… Le Lightning avait entamé un virage serré sur la gauche, apparemment intact, et il disparut du champ de vision du tireur allemand…

- Schweinerei maschine! (Cochonerie de machine) Anton, vert de rage, fusilla du regard un Heinrich qui n'en menait pas large…

Un choc d'une violence inouïe tira Saint-Ex de ses contemplations. Instinctivement, il remit pleins gaz et balança le P-38 en virage serré sur la gauche, alors qu'avec incrédulité, il constatait que la verrière venait d'être désolidarisée de l'appareil. Un obus, pensa-t-il en même temps, certainement tiré des falaises sur sa droite… A cette vitesse là, elle ne résista pas plus de trois secondes. Elle s'arracha net et en s'envolant sous les bourrasques d'air, sa partie métallique, en lambeaux acérés, vint se planter dans le flanc droit du pilote. Une douleur atroce lui ferma les yeux, cependant que, par réflexe, il se servit de son bras gauche et avec grand peine pour tenter de garder l'avion en virage à gauche, et pour essayer de filer par où il était arrivé.

Faisant un effort surhumain pour tenir cette position, il rouvrit les yeux et jeta un coup d'œil à la blessure de son épaule. Tout son côté droit saignait abondamment et il se rendit compte qu'une grande partie de son équipement avait été arrachée et emportée avec la verrière. Pensée dérisoire à cet instant précis, il songea soudain à la gourmette d'argent offerte par Consuelo, son épouse, en avril 1941, à l'occasion de leur dixième anniversaire de mariage… A chaque vol depuis ce jour-là, il l'emportait avec lui, reposant, bien à l'abri, dans la poche droite de sa veste d'uniforme. Et aujourd'hui, elle s'en était allée avec cette partie-là de sa tenue de vol… Ce fut là sa dernière pensée. La douleur atroce des blessures du corps et du coeur lui firent perdre connaissance et, affalé sur les commandes, les gaz à fond, son corps fit plonger le P-38, presque à la verticale, dans la Méditerranée, à la hauteur et au large d'En-Vau, la plus belle de toutes les calanques marseillaises, pas très loin de l'île de Riou… L'avion s'enfonça comme une épée dans l'eau et glissa, toujours plus lentement, jusqu'aux sables du fond, quatre-vingts mètres plus bas, là où la lumière ne parvenait pratiquement plus à percer…

Antoine mourut instantanément dans l'impact de sa machine avec les flots, durcis comme le béton à pareille vitesse de pénétration…

Nous sommes aux Goudes, Cap Croisette, dans les Bouches-du-Rhône, le 31 juillet 1944, il est 12 heures et 35 minutes et la vie d'une immense personnalité vient de se terminer de la plus abrupte des façons…

                                                                                                    *    *    *

       
   
 
Assis sur les restes éventrés du bunker, je reste songeur. Plus trace des pièces d'armes allemandes qui ont dû être installées ici sous l'occupation, mais leurs cavités demeurent. Ces blocs de béton et ces amas de gravats impressionnants ont-ils assisté à la fin tragique du P-38 et de son infortuné pilote? Je me perds dans les méandres sombres d'hypothèses diverses et mes yeux, comme sous hypnose, ne parviennent plus à quitter cette partie de la mer à l'est de Riou. Ramenés ici par les courants et les innombrables chalutages des pêcheurs dans cette région, depuis soixante ans reposent à quatre-vingts mètres de la surface, les restes du Lockheed F-5B (P-38J) Lightning matricule 42-68223, avion dans lequel Antoine de Saint-Exupéry effectua sa dernière mission de guerre, le 31 juillet 1944. Nul témoin de la fin tragique de l'appareil et de son pilote. Nulle preuve que les choses se soient passées comme je viens de les décrire. Point de preuve non plus que tout cela ne soit que le fruit de mon imagination. Mais, puisque cette mission devait et s'est terminée ainsi par la chute du bimoteur dans la Méditerranée, à proximité de l'île de Riou, et mise à part la souffrance ultime d'Antoine de Saint-Exupéry, juste avant de plonger dans les flots insondables de l'éternité, je dois avouer qu'il me plairait beaucoup que les choses se soient ainsi déroulées…

(1) Beaucoup d'Allemands surnommaient les P-38 "Gabelschwanz Teufel", qui signifie "Diable à la queue fourchue".



FX


Dernière édition par Admin le Lun 29 Juil 2013 - 4:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
marseille44

avatar

Nombre de messages : 212
Age : 26
lieu : Marseille !
Date d'inscription : 19/03/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de Saint Exupery   Mer 29 Mar 2006 - 2:10

Merci pour cette jolie petite histoire !
C'est vrai que c'est encore l'un , parmis des milliers de mysteres qui ne seront jamais élucidés ...

au plaisir , Rémi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno44

avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 07/03/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de Saint Exupery   Mer 29 Mar 2006 - 3:42

salut a tous

effectivement bien belle histoire, pleine d'"imagination" mais qui a lair tellement vrai...

sinon, a t on des témoignages de cette mésaventures, mais du coté allemand? (livre de bord d'une position...)

amicalement

Bruno :(
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14063
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de Saint Exupery   Jeu 30 Mar 2006 - 9:09

Au fait...l'histoire n'est pas de moi..je l'ai "pecho" sur le web: c un extrait d'une idée de pensée sur ce qui aurait pu se passer concernant la disparition de l'auteur du Petit prince en Juillet 1944 lors de cette dernière mission de reconaissance photographique au dessus de Grenoble. Cette suposition fait suite à la découverte il ya quelques années de la fameuse gourmette de l'écrivain près de Cassis apr un pêcheur marseillais...une affaire rocambolesque pour faire authentifier le bijou qui a fait les choux gras de la presse locale et nationale.

FX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14063
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de Saint Exupery   Mer 2 Aoû 2006 - 17:15

Des réponses sur l'avion P 38 de St Ex:

http://www.photoceans.com/publication/article.asp?id_rgp=63

Fx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
lilian_f

avatar

Nombre de messages : 26
Age : 49
lieu : marseille
Date d'inscription : 04/08/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de Saint Exupery   Ven 4 Aoû 2006 - 9:18

autrement pour les admirateur de St ex il y a son livre "pilote de guerre"
perso j'ai beaucoup aimé, mais bon nombre d'entre vous doivent connaitre.
petit extrait:
Citation :
Nous sommes fin mai, en pleine retraite, en plein désastre. On sacrifie les équipages comme on jetterait des verres d'eau dans un incendie de foret. Comment pèserait-on les risques quand tout s'écroule... ? En trois semaines nous avons perdu dix-sept équipages sur vingt-trois. Nous avons fondu comme une cire... Nous savons bien que l'on ne peut faire autrement que de nous jeter dans le brasier, si même le geste est inutile. Nous sommes cinquante, pour toute la France. Sur nos épaules repose toute la stratégie de l'armée française !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lf.2eme.gm.free.fr/
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14063
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Saint Exupéry à la télévision   Dim 10 Déc 2006 - 15:09

Programme à surtout ne pas manquer à la Tv: MARDI 19 DECEMBRE à 23 H 40 sur ARTE

SAINT EXUPERY LA DERNIERE MISSION: un téléfilm de Robert Enrico ( cinéaste des "Grands Gueules" et des" Aventuriers") , tournée en 1994 en hommage au cinquantenaire de la disparition de l'aviateur-écrivain. C'est l'acteur BERNARD GIRAUDEU qui joue l'auteur du Petit Prince et de Vol de Nuit, dans ses dernières heures avant sa disparition le 31 juillet 1944 dans les eaux de la méditerranée. L'action se situe en Corse en juillet 1944 quand St Ex est alors pilote dans les forces aériennes françaises sur un avion de reconnaissance Lookeed P 38 (le "Diable à queue fourchue" comme l'appelait les allemands), il doit effectuer une mission au dessus de la France occupée, prendre des photos dans la région de Grenoble. La mission est risquée vu le grand age de St Ex, et surtout que son zingue n'est pas armé.

Pendant tout le téléfilm il y a de nombreux flashback sur les moments les plus intenses de la vie de St Ex: ses débuts de pilote, l'aventure de l'aéropostale avec Mermoz, ses amours déçus, la campagne de 1940, l'exil à New York en 1940.



A la fin du film : on voit l'avion de St Ex pris à partie par la Flak au dessus... de Biot près d'Antibes. A l'époque on avait du mal à situer déjà le lieu de sa disparition.

FX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14063
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de Saint Exupery   Sam 27 Jan 2007 - 9:16

Toujours autant de mystères scratch sur la mort de St Ex...enfin surtout sur les circonstances de sa disparition. Une théorie émise ici avec des témoignages de pilotes allemands sur Folke Wulf (base d'Istres):
extrait de: http://www.chez.com/deji/se_fra/document/cc01.htm

en 1972, lorsque la revue allemande, Der Landser (Le Troufion), publia dans son 725e numéro une lettre qu'un jeune aspirant de la Luftwaffe, Robert Heichele:

"Le 31 juillet 1944, j'ai décollé de la base d'Orange à 11 h 02, accompagné du sergent Högel, avec pour mission de surveiller l'activité des formations ennemies entre Marseille et Menton et l'arrière-pays. Nous avons exécuté notre mission comme prévu. Alors que nous tournions au-dessus de Castellane avant de rentrer, nous avons rencontré un Lightning P-38. C'était probablement un avion de reconnaissance solitaire.
«Comme l'ennemi volait à 1000 mètres au-dessus de nous, nous n'avions pas la possibilité de l'attaquer. A notre grande surprise, l'adversaire a changé de cap et nous a attaqués de son altitude à grande vitesse.
Nous avons évité la première attaque de l'adversaire en le distançant grâce à notre puissance supplémentaire momentanée. Au cours du combat, j'ai réussi à me placer dans une position de tir à 150 à 200 mètres derrière le Lightning. J'ai tiré, mais j'étais bien en arrière. J'ai raté le P-38. Après plusieurs manoeuvres, j'ai réussi à me placer de nouveau en position de tir. Cette fois-ci, la rafale a dépassé l'avion ennemi. Probablement pour éviter mon tir, le pilote a changé de direction et s'est mis à plonger. Je l'ai poursuivi et je me suis approché jusqu'à 40 à 60 mètres et j'ai tiré avec mes armes. Alors, j'ai vu le Lightning descendre en dégageant une traînée de fumée blanche.
« Le P-38 a survolé la côte et a volé à basse altitude vers la mer. Je continuais à le suivre. Tout d'un coup, des flammes ont jailli du moteur droit. L'aile droite a heurté la mer. L'avion a fait plusieurs tonneaux et a disparu dans l'eau. Le crash a eu lieu à 12 h 05, à une dizaine de kilomètres au sud de Saint-Raphaël. Nous sommes rentrés à notre base sans rencontrer d'autres ennemis »



Contradiction ici:
http://aerostories.free.fr/biographies/saintex/page3.html

"Mais les légendes ont la vie dure, et on retrouve aujourd'hui dans le tout récent Aircraft of the Aces n°28, French Aces of WW II paru chez Osprey, la thèse selon laquelle Antoine de Saint-Exupéry a été abattu par le Fähnrich Eichele sur Fw 190D-9 au large de Saint-Raphaël. Il est pourtant aujourd'hui deux faits clairement établis. D'une part, les radars et les écoutes radio n'ont pas suivi ce combat aérien qui était à leur portée. D'autre part, il ne pouvait se trouver sur le front méditerranéen de Fw 190D-9 en juillet 1944, même en expérimentation…"




FX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Philippe Castellano
Aviation de guerre
Aviation de guerre
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 59
lieu : Mandelieu-La Napoule
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Diable à queue fourchue ?   Mar 20 Fév 2007 - 5:19

Bonjour

Vous ne pensez-pas plutôt que le terme allemand désigne plus certainement le P-38 Lightning comme "Diable à Double Queue" plutôt que "Diable à Queue Fourchue " ?

L'affaire "Heichele", du nom de ce pilote allemand qui aurait abattu St. Exupéry, est tirée d'un ouvrage à vocation de romance "der Landser", il est important de le relever.
Heichele faisait partie de la NG/13, unité de reconnaissance à vue (et photographique) basé à Cuers au moment du débarquement.

Il est prouvé que l'histoire "Heichele" est une fiction dans tous les senns du terme.

L'histoire de la disparition de l'auteur du Petit Prince telle que relatée dans les posts plus haut, n'est aussi que fiction.
Agréable à lire j'en conviens, mais ne pouvant en aucun cas être retenue
comme texte à vocation historique.

Heichele a été retirée gravement brulé de son Bf 109 en août 1944 sur le terrain d'Avignon.
Il trouvera la mort en vallée du rhône lors de l'attaque en starfing effectuée par la chasse alliée, dans le convoi où se trouvait l'ambulance qui le rapatriait.

Sa dépouille mortelle est aujourd'hui inhumée au cimetière militaire allemand du département de l'Ai.

Vous trouverez le rapport de fouilles des vestiges de l'avion d'A. de Saint-Exupéry (retrouvés près de Marseille) sur : www.aero-relic.org.

Ph. C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philippe Castellano
Aviation de guerre
Aviation de guerre
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 59
lieu : Mandelieu-La Napoule
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: une derniere petite couche....   Jeu 22 Fév 2007 - 7:51

Bonjour à tous.

Comme nous le savons tous, l'affaire de la disparition d'A. de Saint-Exupéry a vraiment fait couler beaucoup d'encre, car plus que nombreux ont été les personnes à s'être intéressées à son cas, mais en fait, si on analyse la portée de "cet intérêt général", très peu de personnes ont vraiment poussées pour essayer de l’appréhender avec plus d’objectivité. Je m’explique.

Je reviens donc avec quelques éléments supplémenatires sur le cas du Färnich Robert Heichele, qui était pourtant facile à éliminer à la base, ou du moins, à se poser des questions qui auraient évité de mettre ce pilote allemand en avant, bien malgré lui, semble t’il.

En effet, un simple intérêt porté sur l’avion impliqué, le fameux Fw 190 D pour « Dora », aussi dénommé Long Nez « Langnase Dora », auraient suffit à mettre de côté cette improbable hypothèse.

De prime abord, il faut savoir que comme toute histoire « rocambolesque », la fameuse lettre où Robert Heichele aurait relaté son histoire, n'a bien entendu jamais été vue par l'éditeur de Der Landser, petite revue à caractère avant tout fictionnel (ce qui est d’ailleurs précisé sur chaque couverture du dit ouvrage, éditant des textes provenant pour certains d’anciens vétérans allemands du second conflit mondial, donc, à la base d’histoires vécues, sans plus) qui publia justement pour la première fois, au début des années 1970, l’histoire du pilote allemand Heichele comme possible « vainqueur » de St. Exupéry.
Personne d’autre, que le proche collègue d’Heichele qui la présenta à l’éditeur n'a d'ailleurs jamais vu cette lettre, et pire encore, elle disparaîtra de la circulation, laissant encore plus planer doute de la suspicion à son sujet. Rocambolesque avions nous dit…

Au niveau Allemand, d’ailleurs, le reportage de Der Landser sur le dernier vol du Petit Prince n’avait pas particulièrement mis en émoi son lectorat, mais il fallut que l’article tombe entre les mains de français pour qu’il prenne l’ampleur que nous lui avons connu à l’époque, puisque même la revue Icare (qui est tout de même une référence dans le milieu des passionnés que nous sommes, et il faut bien l’avouer), le pris pour argent comptant.

Pour en revenir au Fw 190 Dora, avion à bord duquel Heichele aurait abattu un Lightning de reconnaissance devant Agay, dans le département du Var le 31 juillet 1944, il était très facile d’aplanir quelque peu l’histoire, seulement en s’intéressant à l’avion lui-même, ce qui, à mon avis, aurait dû être une des toutes premières approches à étudier avant de « lâcher l’affaire ». Mais il est vrai que tout le monde peut se tromper, moi compris.

Le Fw 190 D9 était l'évolution du Fw 190 A-4 équipé du moteur BMW 801 de 14 cylindres en double étoile décalée, refroidi par air.
L'installation d'un moteur Daimler-Benz (V-12 refroidit par liquide en position inversée - culasses vers le bas -) allait ainsi faire changer son appellation de série « A » à celle de « D ».

Le principal problème, lorsque l’on l’étudie le cas de cet appareil, c’est qu’au mois de juillet 1944, il en était encore à un stade expérimental donc, en évaluation. Le modèle existait bel et bien, mais était gardé et jalousement surveillé en Allemagne du nord. Il en existait alors seulement 3 exemplaires. Rapidement, vu les prouesses de ce nouveau design du Fw 190, sa construction en chaîne de montage fut décidée et lancée.
Peut-être fort heureusement pour l’aviation allié, et tout comme le cas du Me 262, le D9 n’aura en fait pas vraiment le temps de faire ses preuves au combat, bien que…

Les tous premiers Dora commenceront ainsi à équiper les unités sur le front allemand, qu'à partir du mois d’octobre 1944. Déjà, nous nous éloignons du 31 juillet 1944.
De part ce premier fait, il devenait donc impossible à cet appareil d'être en active à l’été 1944, et à fortiori, encore moins sur le théâtre méditerranéen.

Pour finir de tordre le coup à cette légende, puisque ce n’est qu’une légende, Heichele aurait aussi laissé entendre dans ses écrits, qu’au 31 juillet 1944, il n'était pas détenteur de la qualification chasse sur Fw 190 (qu'il soit A-4 ou D9).
Partant de là, comment un pilote ne possédant pas de qualification sur un type d’avion particulier, aurait pu, même en extrapolant, voler sur un D9, alors que le dit avion n’en était qu’au stade de prototype à la même période ?

Arrêtons ici ce long message, un livre étant quasiment terminé sur cette affaire en particulier, et en attente d’édition aujourd’hui.

Mais aussi, il fallait savoir qu’un seul Lightning à bel et bien été porté disparu ce jour sur le secteur marin provençal, celui du cmdt A. de Saint-Exupéry, pour des raisons qui ne sont pas totalement élucidées à ce jour, mais sachez que nous nous sommes aussi penché sur ce problème, et que nous avançons à petits pas il va de soit, mais sûrement en tout cas.

Il y eu sur le secteur de la France, au total, 8 vols de reconnaissance photographique ce jour du 31 juillet 1944 (3 effectués par la RAF, et 5 par la 12th USAAF incluant la II/33).

Côté pertes, 3 P-38 Lightning seront bien reportés perdus par la 8thUSAAF en France, abattus par la chasse allemande, mais cela se passait sur le secteur nord, Oise/Région Parisienne.

J’ai essayé de faire court, mais c’a n’a pas été aisé, désolé.


Ph. C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14063
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de Saint Exupery   Dim 25 Fév 2007 - 11:12

P38 des Lecques:
http://www.onplonge.com/Articles/tabid/53/ctl/ArticleView/mid/625/articleId/34/ARTICLEIdentificationdpavesdeP38.aspx

http://aerostories.free.fr/biographies/saintex/page3.html

Fx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Philippe Castellano
Aviation de guerre
Aviation de guerre
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 59
lieu : Mandelieu-La Napoule
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: A la recherche de Saint Exupery   Dim 25 Fév 2007 - 13:56

Et oui, bien sympa tout ca, ca commence lentement mais sûrement aussi, à nous ramener à quelques années en arrière...
J'ai aussi pas mal travaillé sur zinc du S/Lt Greenup des Lecques avec Marcel Camilleri, l'inventeur de l'épave (note : Marcel n'est plus le directeur du Lecques Aquanaut Center depuis 4 ans maintenant.
Si vous êtes fana de moto - comme moi -, il est aujourd'hui installé à La Seyne-sur-Mer, et est le patron de la concession Ducati pour la région).

En ce qui concerne ce brave Harry Greenup, il s'est échappé de son avion qui a coulé et a été récupéré par une vedette allemande aux Lecques.
Lors de son transfert en train, un peu plus tard, vers l'Allemagne, il réussira à échapper à la vigilance de ses gardes qui s'étaient assoupis.
Mais en Allemagne... un homme de près de 2 mètres, isolé, en tenue US et ne parlant pas la langue locale est vite repéré...
Il finira donc la guerre dans un camp d'officiers sur la Baltique.
De retour au pays, il se maria et aura 4 enfants. Au milieu des années 50,
à Denver, Colorado, son épouse à la place droite et deux copains à l'arrière de leur auto, il sort de la route pour une raison inconnue et la voiture plonge dans le grand fleuve.

Seuls les deux copains s'en sortent... Terrible hazard ou choix du destin... laissant 4 orphelins pris en charge pas sa mère.

L'histoire dans l'histoire...

Merci pour ces liens.


Philippe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philippe Castellano
Aviation de guerre
Aviation de guerre
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 59
lieu : Mandelieu-La Napoule
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: rectif D9   Lun 26 Fév 2007 - 8:11

Le moteur V-12 du Fw 190 Dora était bien entendu un Junkers 213 pas un DB605 comme ceux montés sur la version "G"" pour Gustav du 109.

Désolé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philippe Castellano
Aviation de guerre
Aviation de guerre
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 59
lieu : Mandelieu-La Napoule
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: A. de Saint-Exupéry, découvertes et identification.   Jeu 8 Mar 2007 - 5:30

Bonjour à tous

Le cas de la disparition d'Antoine de Saint-Exupéry revient souvent sur les forums de la seconde guerre mondiale.

Je tenais à vous faire part d'une conférence qui se déroulera sur le thême : "Disparition, recherches, découvertes et identification du Lightning
d'Antoine de Saint-Exupéry".

Cette conférence se déroulera le :

Samedi 17 mars 2007 à 15h00, au Centre Aéré des Golfs à Valescure route des Golfs (St Raphael).

Le centre aéré est localisé "entre Agay et Saint-Raphaêl" par l'intérieur.

Un peu plus d'une soixantaine de photographies, pour la majeure partie inédites, et tant sous-marine que terrestres, seront diffusées.

Rendez-vous donc au samedi 17.


Le "conférencier" Ph. Castellano
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14063
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de Saint Exupery   Jeu 8 Mar 2007 - 8:19

Trés interessant...je conseil à tout ceux qui sont sur place d'y aller faire un tour.

Fx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14063
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de Saint Exupery   Dim 10 Juin 2007 - 4:13

Le journaliste et animateur sur Europe 1, Jacques Pradel prépare en ce moment un livre sur la disparition de l'écrivain-pilote Antoine de ST Exupery. Il enquétait ces jours derniers en Corse et sur la Côte d'Azur sur les lieux même où avait séjourné l'auteur du Petit Prince. A suivre...

Fx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
McCauley

avatar

Nombre de messages : 92
Age : 42
lieu : Marseille
Date d'inscription : 01/06/2007

MessageSujet: Re: A la recherche de Saint Exupery   Dim 10 Juin 2007 - 8:23

En attendant les résultats des travaux de Pradel est-ce qu'il existe actuellement un compte-rendu de la conférence ou une synthèse sur les pistes probables concernant la disparition du pilote?

Un pêcheur de marseille avait retrouvé sa gourmette il me semble. Cependant un témoin affirme avoir vu son avion tomber en mer à Nice pendant une alerte aérienne ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14063
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de Saint Exupery   Dim 10 Juin 2007 - 12:39

Houuu là !!!! tu soulèves une énorme pierre de discorde et de polémique entre spécialistes. Celà fait 60 ans que çà dure cette histoire de localisation de la disparition de St Ex. On en a déjà parler sur les pages du forum
http://sudwall.superforum.fr/LA-GUERRE-DANS-LE-SUD-DE-LA-FRANCE-1939-1945-f10/Le-diable-a-queue-fourchue-t39.htm?highlight=le+diable

Fx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Philippe Castellano
Aviation de guerre
Aviation de guerre
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 59
lieu : Mandelieu-La Napoule
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: St. Ex. Le Mystère... on remet ca à La Ciotat le 30 juin.   Mar 12 Juin 2007 - 13:52

Bonsoir à tous.

La conférence sur le thême : "Disparition, recherches, découvertes et identification du Lightning d'Antoine de Saint-Exupéry" est reprise le :

Samedi 30 juin 2007 à 15h00, salle de projection de l'hôtel "La Croix de Malte", 4 rue Jean Jaures, à La Ciotat (juste après la garnison des sapeurs-pompiers de La Ciotat - attention au sens interdit - face au port de plaisance).

Là, je reprend simplement le premier post plus haut :

" un peu plus d'une soixantaine de photographies, pour la majeure partie inédites, et tant sous-marine que terrestres, seront diffusées.

Seront aussi présents : Jean-Claude Bianco, pêcheur inventeur de la gourmette en argent, Luc Vanrell et Jean-Claude Cayol, inventeurs de l'épave, et Philippe Castellano, passioné d'aviation de guerre, identificateur du F-5B serial 42-68223.

Entrée gratuite, et deux ouvrages sur cette affaire incroyable seront présentés et dédicacés.

Merci d'informer la réception de l'hôtel de votre présence, les places étant comptées.

Rendez-vous donc au samedi 20.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philippe Castellano
Aviation de guerre
Aviation de guerre
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 59
lieu : Mandelieu-La Napoule
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: A la recherche de Saint Exupery   Mar 12 Juin 2007 - 13:58

Hotel la Croix de Malte

4, bd Jean Jaures

13600, La Ciotat

Tel : 04 42 08 63 38
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
McCauley

avatar

Nombre de messages : 92
Age : 42
lieu : Marseille
Date d'inscription : 01/06/2007

MessageSujet: Re: A la recherche de Saint Exupery   Ven 15 Juin 2007 - 4:16

Le 20 ou le 30?

Une épave de P38 a été trouvée, un numéro de série indique qu'il s'agit d'un P38 de photographie affecté au groupement de St-Ex... La gourmette retrouvée pas loin... Pour moi ça tient la route. Par contre Marseille n'est pas vraiment entre la Corse et Gap, ça fait un sacré détour. Pourquoi se serait-il rendu vers les Festungs de Marseille et Toulon ultra flakés?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kequiya

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 46
lieu : les milles (13)
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: A la recherche de Saint Exupery   Ven 15 Juin 2007 - 4:40

pour voir la maison de sa mere peut-etre ??
cordialement
phil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
McCauley

avatar

Nombre de messages : 92
Age : 42
lieu : Marseille
Date d'inscription : 01/06/2007

MessageSujet: Re: A la recherche de Saint Exupery   Ven 15 Juin 2007 - 9:59

Ca fait cher le rase-motte, pour un pilote expérimenté qui a dépassé son quota de vols reglementaires (les équipages accumulaient des points au-delà desquels ils étaient exemptés, après 40 vols. St-Ex n'aurait pas du voler ce jour-là mais il a insisté -probablement et justement pour retrouver la maison de sa mère, euphorie de la reconquète du sol français). Quelques jours auparavant il écrivait "On sacrifie des pilotes". Cette disparition fascine. Son message "C'est par le dépassement de soi que l'on devient un Homme" précède celui que l'on inculque aujourd'hui dans les écoles militaires, celui du don de soi.
Sur wikipedia il est stipulé départ de Borgo, cap sur la vallée du Rhône, cap sur Annecy et retour par la Provence. C'est probablement judicieux pour des aviateurs de ne pas prendre le même route à l' aller et au retour. Si c'est authentique alors aucun doute n'est possible. Surtout que l' appareil n' a pas amerri mais s'est crashé, au vu des débris. Le lieu du crash isolé
justifie le manque de témoignages. Qu'il soit ministre, écrivain ou plombier il s'agit d'un pilote français qui a oeuvré pour la libération. A ce titre je serais présent le samedi 20/30.

Le P38 peut monter à 12000 mètres d'altitude, peut-être plus en version photo. Pourquoi prendre de tels risques à basse altitude pour le retour? D'ailleurs question aux pros du forum, quelle est l' altitude maximale
à laquelle un 88 ou flakvierling peut toucher un avion à 500/600 Km/H?

En tous les cas partir seul est suicidaire. Une coutume militaire consiste à ne jamais rien faire seul. En outre le pilote Pierre Clostermann explique que l'armée de l'air ne lésignait pas sur les dopes pour leurs pilotes. Alcool, café, et pire, étaient au menu.

A mon avis, face à tout ce qui a été dit, seuls des pros comme Castellano peuvent tirer l' affaire au clair. Ce jour-là l' Etat érigera une stelle sur la côte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philippe Castellano
Aviation de guerre
Aviation de guerre
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 59
lieu : Mandelieu-La Napoule
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Samedi 30 juin.   Ven 15 Juin 2007 - 10:45

Oui, c'est bien samedi 30 juin.

Pour le détour... sa mission était : Borgo, passage côtier entre Nice et St. Raphaël puis les Alpes (Annecy/Chambéry) puis plein ouest sur Lyon, jusqu'à Chalons-sur-Sôane et retour.
Sur les 7 missions de reconnaissance photo du jour sur le sud de la France (31/07/1944), seule celle donnée au plus vieux pilote de guerre était la plus éloignée vers le nord, géographiquement parlant.

Ne pouvant répondre à votre question en l'état car n'en possédant pas la " clef ", je vais à mon tour vous en poser d'autres :

- que se passe t-il dans la tête d'un pilote de 44 ans qui sait qu'à son retour à Borgo, il ne volera jamais plus en temps de guerre... ?
Car il est aussi important de savoir que St. Ex. avait l'autorisation officielle d'effectuer 5 missions de guerre, qui seront multipliées en "missions bis", soit en finalité un total de 10 missions.
C'est bien à sa 5ème mission bis (soit la dixième et donc dernière mission) qu'il fut porté disparu.
Je n'ai par contre, jamais entendu parler d'un tour d'opérations de "40 missions ?", ca m'intéresse.

- que se passe t-il dans la tête d'un pilote qui sait que les alliés vont gagner la guerre, et dont le premier chef d'état en sera par définition Charles de Gaulle, qui lui, attendait l'auteur du Petit Prince en se frottant les mains ?

- que se passe t-il dans la tête d'un pilote qui va rentrer au pays enfin libéré, mais dont de nombreux de ses confrères pilotes de guerre survivants et/ou gravement blessés, ont estimé que St. Ex. avait déserté la France pendant près de 2 années pour "se cacher aux USA" au moment le plus critique de son histoire... ?

Qui sait si sa route n'avait pas croisé un chasseur à croix gammée ?, s'il eut un malaise ?, un problème technique ? lui interdisant tout franchissement des Alpes au retour...

Partant de là, effectivement, il est soulevé bien plus de questions que de réponses.

Un 88 Flak était précis jusqu'à 4500 mètres d''altitude,
"relativement" précis jusqu'aux environ de 5000 mètres, après l'obus continuait bien évidemment sa route suivant le réglage de sa fusée, et la sphère de mort créée par l'explosion étant de 600 mètres autour du centre de l'explosion... et suivant l'importance des éclats disséminés, on peut imaginer un tas de choses diversses et variées.

Influaient bien évidemment aussi (comme dans un bombardement aérien) sur la précision du tir, les vents d'altitude qui atteignent des vitesses importantes, et donc, perturbent tout autant la précision que l'avion ou les avions sont hauts dans le ciel.

Je serais enchanté de faire votre connaissance, et dans l'attente,

Philippe Castellano
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philippe Castellano
Aviation de guerre
Aviation de guerre
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 59
lieu : Mandelieu-La Napoule
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: A la recherche de Saint Exupery   Mer 15 Aoû 2007 - 11:56

Bonsoir à tous.

Je profite d'envoyer ce message pour faire d'une pierre "deux coups".

Pour les passionés du débarquement en Provence (c'est aujourd'hui... il y a 63 ans) voici quelques articles de Guy Julien (amateur de recherches de sites de crashes et d'histoires liées à l'aviation WWII) passés sur le bien agréable site "Cocardes" de l'ami Hervé Brun :

http://www.cocardes.org/history/articles.php?lng=fr&pg=1409
http://www.cocardes.org/history/articles.php?lng=fr&pg=93
http://www.cocardes.org/history/articles.php?lng=fr&pg=84

Concernant le titre du post, pour les personnes intéressées, je donnerais demain soir à 21 heures, à l'hôtel "le Chamois" à Colmars-les-Alpes, dans le 04, non loin de Saint-André-les-Alpes, une conférence sur les recherches qui menèrent à la découverte et à l'identification du Lockheed Lightning F-5B de l'auteur du Petit Prince.

Bien à vous, Ph. C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la recherche de Saint Exupery   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la recherche de Saint Exupery
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [RECHERCHE] Images saint seiya
» Gare de Lyon Saint Exupery
» Vol de nuit - Saint Exupery
» Antoine de Saint-Exupéry
» [Saint-Exupéry, Antoine (de)] Vol de nuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sudwall :: LA GUERRE DANS LE SUD DE LA FRANCE (1939-1945) :: Le Débarquement de Provence-
Sauter vers: