étude des fortifications allemandes sur la côte méditerranéenne en France
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
EXPOSITION " CANNES OCCUPEE 1942 -1944 " A CANNES DU 3 OCTOBRE 2017 AU 28 JUIN 2018 A L'ESPACE CALMETTE - ENTREE LIBRE . LES APRES MIDI DU LUNDI AU VENDREDI

Partagez | 
 

 Anecdotes sur la 2 ème Guerre Mondiale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14163
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Anecdotes sur la 2 ème Guerre Mondiale   Lun 7 Aoû 2017 - 3:46

Allemagne: Pour leur photo-souvenir, deux Chinois font le salut nazi devant le Reichstag

En Allemagne, faire le salut nazi est interdit. Visiblement, deux touristes chinois l’ignoraient, puisqu’ils ont décidé samedi de se prendre mutuellement en photo en faisant ce geste. Et pas n’importe où : devant le palais de Reichstag, dont l’incendie de 1933 avait servi de prétexte à Adolf Hitler pour supprimer les libertés civiques.

Surpris par une patrouille de police, les deux vacanciers âgés de 36 et 49 ans ont rapidement été conduits au commissariat. « Une enquête sur l’utilisation présumée des symboles d’organisations anticonstitutionnelles a été ouverte » a indiqué une porte-parole de la police à l’AFP. Cette accusation est utilisée en général contre les groupes d’extrême-droite.

Les touristes ont finalement été relâchés après avoir payé une caution de 500 euros chacun. Ils sont autorisés à quitter le pays. Si une amende est prononcée, l’argent de leurs cautions pourra en partie la couvrir, a détaillé la porte-parole de la police

http://www.20minutes.fr/monde/2113939-20170806-allemagne-photo-souvenir-deux-chinois-font-salut-nazi-devant-reichstag

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14163
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Anecdotes sur la 2 ème Guerre Mondiale   Jeu 10 Aoû 2017 - 5:37





http://www.20minutes.fr/monde/2115515-20170810-japon-bombe-seconde-guerre-mondiale-decouverte-centrale-fukushima?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&xtref=facebook.com#link_time=1502354398

Japon: Une bombe de la Seconde Guerre mondiale découverte dans la centrale de Fukushima

Après le tsunami, une bombe ! L’exploitant du site nucléaire a annoncé qu’une bombe datant probablement de la Seconde guerre mondiale a été découverte jeudi au Japon dans l’enceinte de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima Daiichi.
L’engin, d’une longueur d’environ 85 centimètres pour 15 cm de diamètre, « se trouvait dans le sol à une distance d’un kilomètre des bâtiments des réacteurs 2 et 3 du site ». Il a été repéré mercredi soir « par un employé d’une société sous-traitante au cours de travaux pour créer un parking », a expliqué un porte-parole de la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco).

Le porte-parole de la compagnie a précisé que les « services de police de Futaba », l’une des localités sur laquelle s’étend le site nucléaire, s’occupent actuellement de la bombe, qui devrait a priori être retirée par l’armée nippone après la vérification des risques d’explosion.
D’après Tepco, une base aérienne de l’armée japonaise se trouvait dans la région, et a subi des bombardements américains. Cette zone côtière est inhabitée et inhabitable depuis la catastrophe de 2011 où tous les habitants survivants ont été évacués.

La centrale nucléaire Fukushima Daiichi fait actuellement l’objet d’importants travaux en vue du démantèlement de ses six réacteurs, dont quatre ont été sévèrement saccagés par des explosions d’hydrogène à la suite des violents séisme et tsunami survenus il y a six ans.
La découverte de la bombe jeudi a conduit à mettre en place un périmètre de sécurité sur une petite partie de l’immense site, mais n’a pas perturbé le travail des équipes œuvrant ailleurs, notamment près des réacteurs, selon la compagnie



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14163
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Anecdotes sur la 2 ème Guerre Mondiale   Ven 11 Aoû 2017 - 11:57

http://www.20minutes.fr/monde/2116391-20170811-homme-plus-vieux-monde-mort-age-113-ans?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&xtref=facebook.com#link_time=1502473288

L'homme le plus vieux du monde est mort à l'âge de 113 ans

ISRAEL Il avait été déporté à Auschwitz pendant la Seconde guerre mondiale

Le survivant de l’Holocauste Yisrael Kristal, identifié par le Guinness des records comme l’homme le plus vieux du monde, est mort vendredi à l’âge de 113 ans, selon plusieurs médias israéliens. Ce juif observant avait vu le jour le 15 septembre 1903 à Zarnow, en Pologne actuelle alors sous domination russe, trois mois avant que les frères Wright n’effectuent le premier vol au monde avec un avion motorisé.

Selon le site d’informations israélien Ynet, Yisrael Kristal laisse deux enfants, neuf petits-enfants et 32 arrières petits-enfants. Le Guinness des records l’avait identifié comme l’homme le plus vieux du monde en mars 2016.

Il avait survécu à la Première Guerre mondiale et vécu à Lodz, en Pologne nouvellement indépendante, jusqu’à l’invasion nazie en 1939. Il avait été déplacé avec sa famille dans le ghetto de la ville. Quatre ans plus tard, il était envoyé au camp de concentration d’Auschwitz.

Il a perdu sa femme et leurs deux enfants dans l’Holocauste, mais lui avait survécu. Il ne pesait plus que 37 kilos, selon le Guinness, quand les Alliés ont libéré les camps. Seul rescapé de sa famille, Yisrael Kristal avait émigré pour Haïfa, dans le nord d’Israël, avec sa seconde femme et leur fils en 1950. Il y a tenu une entreprise de confiserie prospère jusqu’à sa retraite.

En septembre 2016,il avait célébré sa Bar Mitzvah, dont il avait été privé un siècle plus tôt. Cette cérémonie solennelle et joyeuse est l’une des plus importantes de la vie d’un juif. Célébrée à 13 ans pour les garçons, elle marque le passage des adolescents à la majorité religieuse. Yisrael Kristal n’avait pas pu célébrer la sienne en 1916, en pleine Première guerre mondiale, car sa mère était décédée trois ans plus tôt et son père était soldat dans l’armée russe.





_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14163
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Anecdotes sur la 2 ème Guerre Mondiale   Mer 16 Aoû 2017 - 12:33

http://www.epochtimes.fr/des-touristes-trouvent-par-hasard-un-avion-de-la-seconde-guerre-mondiale-dans-une-riviere-isolee-du-pacifique-54886.html

Des touristes trouvent par hasard un avion de la Seconde Guerre mondiale dans une rivière isolée du Pacifique

Un avion de la Seconde Guerre mondiale a récemment été retrouvé par des touristes dans la baie de Nikko sur le magnifique archipel de Palau dans le Pacifique.

Vous ne savez jamais ce que vous pouvez trouver dans un endroit aussi exotique : des coquillages, une bouteille avec une lettre à l’intérieur ou un avion de la Seconde Guerre mondiale !

Des touristes en vacances dans l’archipel micronésien de Palau ont découvert quelque chose de vraiment insolite. Ils naviguaient tout doucement dans leurs canots sur une rivière peu profonde lorsqu’ils ont vu un ancien avion qui s’était écrasé depuis bien longtemps.

En fait, c’était un avion de la Seconde Guerre mondiale, comme a dit Paul Beaver, un historien en aviation et pilote d’hydravion, au MailOnline Travel : « C’est un hydravion A13. Il est sur le dos et a perdu ses flotteurs. C’est un avion rare. »

La découverte inattendue a suscité de fortes réactions de la part des gens qui ont lu l’histoire sur Internet. On peut lire sur une page Reddit, l’un des utilisateurs qui dit : « Intéressant ! J’aimerais voir quelque chose comme çà en faisant du kayak. »

Un autre s’est exprimé de cette façon : « C’est beau, mais cela me rend aussi mal à l’aise pour une raison inconnue. Presque effrayé. Quelqu’un d’autre ? »

Encore un autre a dit en plaisantant : « Cela me rappelle le X-wing de Luke Skywalker. Quelqu’un d’autre ? »

La découverte est impressionnante et donne l’impression que tout le monde peut être un « Indiana Jones ». Vous avez juste à partir en vacances dans un endroit lointain et qui sait ce que vous y trouverez !

Selon le guide Lonely Planet au sujet de Palau, « pour les amateurs d’histoire, il y a plein de vestiges de la Seconde Guerre mondiale dispersées dans la jungle ».


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14163
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Anecdotes sur la 2 ème Guerre Mondiale   Mar 22 Aoû 2017 - 11:55

http://www.20minutes.fr/societe/2119967-20170822-heros-debarquement-normandie-fait-jamais-debarque?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&xtref=facebook.com#link_time=1503417743

Le «héros» du débarquement de Normandie n'y a en fait jamais débarqué

MALAISE George Klein a en revanche bien combattu lors de la Seconde Guerre mondiale, mais pas du tout en Normandie...

Le vétéran américain George Klein, qui affirmait avoir participé à l’assaut de la Pointe du Hoc le 6 juin 1944, n’a en réalité pas débarqué en Normandie, a révélé lundi l’association D-Day Overlord.

Dédiée à la sauvegarde du patrimoine de la bataille de Normandie, l’association avait organisé une récolte de fonds afin que George Klein, 96 ans, puisse assister en juin dernier aux commémorations du 73e anniversaire du débarquement.

« Sa casquette de Ranger vissée sur la tête », il avait signé « des centaines d’autographes », « marquant tous ceux qu’il a rencontrés par son incroyable gentillesse », écrit Marc Laurenceau, président de D-Day Overlord, sur le site Internet de l’association.

Ce n’est que quelques semaines plus tard, après le travail de plusieurs historiens, que la vérité éclate : George Klein n’est pas celui qu’il prétend être.

L’ancien lieutenant a raconté pendant plus de deux décennies avoir été l’un des officiers du « 2nd Ranger Battalion » qui a combattu les Allemands pendant trois jours à la Pointe du Hoc en juin 1944.

Or, George Klein ne se trouvait pas en Normandie le « D-Day », mais en Irlande du Nord avec un autre régiment d’artillerie.

« Le prestige d’une unité comme les Rangers, ainsi que la frustration de ne pas avoir participé à une bataille majeure de la Seconde Guerre mondiale, ont probablement renforcé la tentation (du mensonge) », juge Marc Laurenceau avec mansuétude, rappelant « la véritable contribution » de l’Américain à « la libération de l’Europe ».

George Klein a notamment été grièvement blessé au combat en Moselle à l’automne 1944. Il a été décoré de la Légion d’honneur le 6 juin 2015.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14163
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Anecdotes sur la 2 ème Guerre Mondiale   Mer 23 Aoû 2017 - 2:44

http://www.leparisien.fr/international/le-cuirasse-uss-indianapolis-retrouve-72-ans-apres-avoir-ete-torpille-20-08-2017-7203150.php

Le cuirassé «USS Indianapolis» retrouvé, 72 ans après avoir été torpillé


Le bâtiment de la marine américaine, torpillé fin juillet 1945, a été trouvé à 5,5 kilomètres de profondeur dans la mer des Philippines.

Torpillé par un sous-marin japonais deux semaines avant la fin de la Seconde Guerre mondiale (la capitulation japonaise survient le 15 août 1945), le cuirassé «USS Indianapolis» est longtemps resté introuvable. Son épave vient d'être localisée, 72 ans plus tard.

Le bâtiment de la marine américaine a été trouvé dans la mer des Philippines, à 5,5 kilomètres de profondeur, a annoncé Paul Allen, cofondateur de Microsoft, qui dirigeait l'équipe menant les recherches. Des photos et les résultats de cette fabuleuse aventure seront publiés au fur et à mesure sur son site.

Pour le co-fondateur de Microsoft, il s'agit là d'un important chapitre de la Seconde Guerre mondiale qui se referme. Il espère que «les survivants et les familles pourront tourner la page». «L'ancre et la cloche du navire sont visibles ici», poursuit-il.

Le cuirassé, qui comptait un équipage de 1960 hommes, a chaviré et coulé en 12 minutes dans la nuit du 29 au 30 juillet 1945. Il a été torpillé quelques jours après avoir mené à bien une mission secrète très particulière : acheminer vers le Pacifique des éléments de la bombe atomique qui allait semer la mort à Hiroshima le 6 août 1945.

Quelque 800 hommes, pour beaucoup sans gilet de sauvetage, s'étaient retrouvés accrochés à des radeaux de fortune dans des eaux infestées de requins pendant près de cinq jours. Lorsque les secours arrivèrent, il ne restait que 316 survivants. 22 d'entre eux sont toujours vivants aujourd'hui, selon l'US Navy.

«Avoir la possibilité de rendre hommage aux hommes courageux de l'USS Indianapolis grâce à la découverte d'un navire qui a joué un rôle aussi important pour mettre fin à la Seconde Guerre mondiale est un véritable honneur», a estimé Paul Allen.

Selon l'US Navy, cette découverte est remarquable étant donnée «la profondeur à laquelle l'épave a été retrouvée». L'équipe de Paul Allen poursuit l'exploration du site et envisage de proposer une visite vidéo en direct de l'épave dans les semaines à venir.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Capu Rossu
Spécialiste: artillerie et marine de guerre
Spécialiste: artillerie et marine de guerre
avatar

Nombre de messages : 1869
Age : 68
lieu : Martigues
Date d'inscription : 29/04/2007

MessageSujet: Re: Anecdotes sur la 2 ème Guerre Mondiale   Mer 23 Aoû 2017 - 13:10

Bonsoir,

Une fois de plus, ce journaliste apporte la preuve d'une ignorance crasse dans le domaine maritime et n'a même pas pris la peine de faire une petite recherche sur la toile pour éviter de dire des conneries.

- 1) L'USS Indianapolis, pennant number CA 35, n'était pas un cuirassé mais un croiseur lourd ou si on se réfère aux textes du Traité de Washington un croiseur de type A.

- 2) son équipage de temps de paix était de 848 hommes et 1269 à la fin de la guerre.

- 3) la légende de la photo n'est pas assez explicite, telle qu'elle est rédigée, on peut croire qu'il a transporté les éléments de la bombe atomique en 1937.

Lors de sa perte, le retard à l'allumage des autorités américaines face au retard sur son tableau de marche a été expliqué par la commission d'enquête par le fait que le torpillage a eu lieu pratiquement sur la ligne de séparation de deux commandements de théâtre !!!

Voici la dernière photo de l'Indianapolis prise à Guam par un marin de l'USS Pandemus (ARL 18) le 27 juillet 1945



Quant à la cloche du croiseur, elle avait été débarquée peu de temps avant sa dernière mission



@+
Alain

PS : les deux photos proviennent du site : http://www.navsource.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14163
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Anecdotes sur la 2 ème Guerre Mondiale   Dim 17 Sep 2017 - 5:57

http://www.france24.com/fr/20170916-expo-jean-gabin-acteur-chef-char-2e-division-blindee-seconde-guerre-mondiale-cinema?ref=fb

Exposition : quand Jean Gabin était chef de char dans la 2e DB

Pour les Français, Jean Gabin est l'un des plus grands acteurs de l'histoire du cinéma. Artiste populaire, son rôle durant la Seconde Guerre mondiale est moins connu. Une exposition retrace son engagement au sein des chars de la 2e division blindée.

Un sourire de charmeur. Un regard d’acier. Sur les murs du Musée du Général Leclerc et de la Libération de Paris, la "gueule" de Jean Gabin est reconnaissable du premier coup d’œil. Mais pour une fois, le visage de l’acteur n’apparaît pas sur des affiches de cinéma, mais sur des photographies de scènes bien réelles. En uniforme, casquette de fusilier-marin sur la tête, "le Patron" ne joue pas au soldat, il en est un.

Une exposition intitulée "Jean Gabin dans la guerre 1939-1945" lève le voile sur cette période méconnue de la vie de l’acteur. "Il en parlait très peu. Il a toujours voulu la garder secrète alors que d’autres se seraient vanté de leurs exploits. Je pense qu’il considérait simplement au fond de lui qu’il avait fait son devoir", explique Patrick Glâtre, le commissaire de l’exposition .

Dès les premiers mois de l’occupation, Gabin décide de s’opposer aux Allemands. Il n'accepte pas le chantage de ces derniers qui lui proposent d’offrir la liberté à son neveu prisonnier en Allemagne, contre un contrat avec leur société de productions de films, la Continentale. Refusant de tourner pour l’occupant, l’acteur s’expatrie finalement aux États-Unis en février 1941.

Durant cet exil américain, il fait la rencontre de Marlène Dietrich. Une passion naît entre ces deux monstres sacrés. Gabin retrouve aussi les plateaux de cinéma. Il tourne dans "La Péniche de l’amour" à Hollywood, mais ce Titi parisien s’ennuie. La France lui manque. "Je m’emmerdais et je me sentais hors du coup de tout ce qu’il se passait dans le monde. Les États-Unis étaient en guerre, des tas de types de chez eux se battaient sur tous les fronts, mais à Hollywood, à New York, dans le monde où par la force des choses, j’évoluais, c’était difficile d’avoir l’impression qu’un peu partout des gars se faisaient tuer pour nos pommes", a-t-il raconté par la suite.

Suspecté un temps par le FBI d’être pro-vichyste, il prend alors une décision radicale. En avril 1943, il s’engage ainsi auprès des Forces françaises combattantes. Jean Gabin redevient Jean Moncorgé, son nom de baptême, et se retrouve à Alger où il est affecté comme instructeur au sein de l’école des fusiliers-marins. Simple second-maître, le premier grade d’officier marinier, la star des grands écrans ne cherche pas les honneurs. "Quand des gradés ou des soldats venaient lui demander un autographe, il leur répondait : ‘Non, ici c’est Moncorgé, ce n’est pas Gabin. Gabin est resté à Hollywood’", décrit Patrick Glâtre, auteur de "Gabin, Dietrich : un couple dans la guerre".

Un an plus tard, en quête d’un peu d’action, il demande sa mutation au sein de la 2e division blindée (DB) du général Leclerc. En septembre 1944, l’acteur débarque à Brest et pose enfin de nouveau le pied en France. Quelques semaines plus tard, il devient chef de char du Souffleur II. "Il est claustrophobe, il a 40 ans, il a peur du feu, et il se propose lui-même d’être chef de char. C’est quand même exceptionnel", souligne le commissaire de l’exposition. Dans cette machine de guerre, à l’étroit, Jean Gabin est toujours autant apprécié par ses hommes : "C’était un chef juste et un gars sympa. Il utilisait le peu d’argent qu’il avait à offrir un coup à ses copains. Imaginez à l’époque un soldat de 20 ans qui se retrouve à l’armée, dans un char, avec la plus grande star de l’époque !"

Au sein de la 2e DB, le Souffleur II ne se retrouve pas en première ligne, mais le char participe cependant à la libération de la poche de Royan, puis prend la route de l’Allemagne. En mai 1945, il arrive jusqu’à Berchtesgaden, le nid d’aigle d’Hitler. De retour en France, Jean Gabin n’a qu’une hâte : retrouver sa Marlène. "Le plus vieux chef de char de la France Libre" quitte l’uniforme et refuse même de défiler sur les Champs-Élysées.

Pendant tout le reste de sa vie, il garde le silence sur ces 27 mois de guerre, tout en conservant précieusement ses casquettes de second-maître, exposées aujourd’hui au Musée du Général Leclerc. Même au cinéma, il dissocie ses deux vies. Pour Gabin, "la guerre, c’est pas du cinéma ". "À tel point que quand René Clément lui a demandé de jouer dans 'Paris brûle-t-il ?', il a refusé, précise Patrick Glâtre. Il considérait qu’il ne fallait pas la ramener car il y en avait d’autres qui avaient encore plus risqué leur vie et qui sont morts. Mais il faut reconnaître que dans le cas de Gabin, c’est quand même le plus grand acteur de l’époque qui s’est engagé et qui est devenu chef de char. Ce n’était pas un gars derrière un bureau. Il était sur le terrain dans une boîte de conserve.

_________________



Dernière édition par Admin le Dim 17 Sep 2017 - 6:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14163
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Anecdotes sur la 2 ème Guerre Mondiale   Dim 17 Sep 2017 - 6:05

http://www.france24.com/fr/20170817-maire-new-york-bill-blasio-retirer-plaque-hommage-marechal-petain-charlottesville

Le maire de New York veut retirer une plaque en hommage au maréchal Pétain

Les violences à Charlottesville ont ravivé les tensions autour des statues de soldats confédérés. À New York, le maire a décidé d'aller plus loin et a annoncé, mercredi, le retrait d'un autre "symbole de haine" : une plaque en l'honneur de Pétain.

Dans le quartier de Broadway, à New York, ils sont des milliers à la fouler du pied chaque jour sans y prêter vraiment attention. Au sol, juste quelques mots : "26 octobre 1931, Henri Philippe Pétain, maréchal de France". Mais les jours de cette plaque commémorative sont comptés.

Quelques jours après les manifestations de suprémacistes blancs à Charlottesville, en Virginie, le maire de New York a décidé d’agir. Dans un premier tweet posté mercredi 16 août, Bill de Blasio a ainsi annoncé : "après les événements violents de Charlottesville, la ville de New York va étudier tous les symboles de haine présents sur son territoire", avant de préciser dans un second message : "la plaque commémorative en l’honneur du maréchal Pétain, collaborateur nazi, située sur la promenade du ‘Canyon of Heroes’, sera la première à être retirée

Cette promenade est le lieu traditionnel de parades célébrant sous les confettis des personnalités marquantes. En 1931, le maréchal Pétain, auréolé de ses succès lors de la Première Guerre mondiale, avait assisté à cet endroit-même à un défilé militaire. Une plaque en son honneur avait été posée à cette occasion. Neuf ans plus tard, le "sauveur de Verdun" choisira la voie de la collaboration en tant que responsable du régime de Vichy.

En mai dernier, le Jérusalem Post s’était déjà étonné de l’existence de cette plaque dans une rue de Broadway, rappelant que le maréchal avait participé à la déportation de milliers de juifs depuis la France. "L’idée qu’il soit présent sur le Canyon des Heroes est inacceptable", s’était ainsi indigné sur le site du quotidien le député new yorkais Dov Hikind. "Le fait qu’il ait été un héros durant la Première Guerre mondiale ne justifie pas qu’il ait son nom ici. Il est aujourd’hui honni en raison de sa participation à la Shoah".

A l'époque, la mairie de New York n’avait pas répondu à cet appel, contrairement à aujourd’hui. Bill de Blasio emboîte le mouvement à plusieurs villes américaines où de nombreuses statues historiques ont été retirées ces derniers jours, notamment dans le sud où il n'est pas rare de voir encore flotter des drapeaux confédérés, symbole des anciens États esclavagistes.

Prenant le contre-pied de ce mouvement, le président Donald Trump a déploré le retrait de ces "belles statues". "Il est triste de voir l’histoire et la culture de notre pays être déchirées par le retrait de ces magnifiques statues et monuments. Vous ne pouvez pas changer l’histoire, mais vous pouvez apprendre d’elle".

controverse autour de ces monuments avait été ravivée en juin 2015, après le meurtre de neuf Noirs dans une église de Caroline du Sud par un suprémaciste blanc qui aimait poser avec un drapeau confédéré. Selon un récent rapport du Southern Poverty Law Center (SPLC), spécialisé dans les mouvements extrémistes et les droits civiques, plus de 1 500 symboles confédérés sont encore visibles dans l'espace public aux États-Unis, la plupart dans le sud.

En ce qui concerne la France, la dernière rue au nom du maréchal Pétain a été débaptisée en avril 2013. Elle se trouvait à Belrain, une ville de la Meuse.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14163
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Anecdotes sur la 2 ème Guerre Mondiale   Mer 18 Oct 2017 - 3:23

http://sciencepost.fr/2017/10/lepave-ss-macumba-retrouve-74-ans-apres-naufrage/

Seconde Guerre mondiale : l’épave du SS Macumba retrouvé 74 ans après son naufrage

Ce navire australien avait été coulé par l’aviation japonaise durant la Seconde Guerre mondiale. Des chercheurs viennent de retrouver son épave à seulement quarante mètres de profondeur !

Le SS Macumba n’était pas un navire de guerre, mais un navire marchand de quatre-vingt-dix mètres de longueur attaqué par deux avions japonais puis coulé le 6 août 1943. Touché au niveau de la salle des machines, le cargo a sombré dans un endroit resté inconnu durant presque un siècle.

Dans la nuit du 3 au 4 octobre 2017, l’épave du SS Macumba a été retrouvée par des chercheurs de la Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (CSIRO) qui n’est autre que l’organisme gouvernemental australien pour la recherche scientifique. Les scientifiques étaient à bord du RV Investigator qui sondait la mer d’Arafura, au large des côtes nord-australiennes.
Localisée par le sonar du RV Investigator, l’épave du SS Macumba a été repérée à quarante mètres de profondeur, gisant à l’horizontale et plutôt en bon état comme l’indique un communiqué officiel de la CSIRO.

« Nous avons découvert l’épave au milieu de la nuit après environ dix heures de recherche. On a eu de la chance parce qu’il ne nous restait plus que quelques heures devant nous. On doit aussi une fière chandelle à l’équipe qui surveillait le sonar et qui a remarqué quelque chose d’anormal sur le fond marin près de notre zone de recherche. Ils ont demandé au bateau de faire un petit détour en dehors de la zone de recherche. Et c’est là qu’on l’a trouvé ! », explique Hugh Barker, responsable de la mission.

Les chercheurs ont également rapporté que l’épave du navire marchand formait un récif artificiel abritant de la vie marine. Les observations faites avec une caméra sous-marine ont permis de faire la rencontre d’un requin de récif qui semblait être l’ange gardien des lieux.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
NIALA
Spécialiste : Marine de guerre
Spécialiste : Marine de guerre
avatar

Nombre de messages : 240
Age : 74
lieu : NEUFCHATEL
Date d'inscription : 21/01/2012

MessageSujet: Re: Anecdotes sur la 2 ème Guerre Mondiale   Mer 18 Oct 2017 - 7:02

Voici une photo du cargo SS Macumba



Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PZIV

avatar

Nombre de messages : 3351
lieu : Rognac (13)
Date d'inscription : 13/08/2007

MessageSujet: Re: Anecdotes sur la 2 ème Guerre Mondiale   Jeu 19 Oct 2017 - 7:23

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14163
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Anecdotes sur la 2 ème Guerre Mondiale   Hier à 9:00

http://www.leparisien.fr/oise-60/saint-maximin-l-etonnante-decouverte-d-un-abri-de-la-seconde-guerre-mondiale-13-12-2017-7450776.php#xtor=AD-1481423551


Dans l’Oise, l’étonnante découverte d’un abri de la Seconde Guerre mondiale

Des passionnés viennent de dévoiler, sous la place de l’église au centre de la commune de Saint Maximin, une grotte meublée ayant abrité des habitants lors des bombardements en pleine Seconde Guerre mondiale.

Difficile de se l’imaginer lorsqu’on ne l’a pas vécu. Lorsqu’on n’a pas ressenti l’effroi qui envahit chaque infime partie du corps. La peur du moindre bruit, mais aussi celle de perdre ses proches. La peur de perdre la vie. Une terreur vécue par des milliers de Saint-Maximois pendant la Seconde Guerre mondiale. Il y a quelques jours, un passionné du patrimoine de Saint-Maximin (Oise), Claude Boufflet, a découvert un immense abri dans une carrière située sous la place de l’église en plein centre de la commune de 3 000 habitants. A l’intérieur, douze lits, deux barriques d’eau, des pots de chambre, mais aussi un coffre.

Dans une semaine, la grotte sera condamnée par mesure de sécurité. Mais les meubles retrouvés seront exposés dans la carrière Parrain de la Maison de la pierre pour faire perdurer le souvenir des victimes d’un enfer qui aura duré six ans. « C’était un refuge pour les habitants de la ville lors des bombardements, qui ont rasé Saint-Maximin à 90 %, raconte Claude Boufflet. Des centaines de personnes s’y sont abritées alors qu’on détruisait chacune de leurs maisons. »

L’entrée de la carrière inaccessible au public

Il y a tout juste dix ans, ce Saint-Maximois aperçoit cette carrière, située à six mètres sous terre. Mais à l’époque, impossible d’y accéder. Alors ce fils et petit-fils de carrier poursuit sa quête. Il découvrira notamment l’usine souterraine d’assemblage de fusée V1 située sur le territoire voisin de Saint-Leu-d’Esserent.

« Il y a quelque temps, je me promenais, et j’ai remarqué un chantier près de la fameuse grotte, explique Claude Boufflet. L’équipe d’ouvriers était en train de remblayer la carrière. Et j’ai donc pu trouver une entrée. »


A l’intérieur, l’obscurité est totale. Une température d’une dizaine de degrés, des objets et meubles d’époque, et des champignonnières, seule source de nourriture. Sur les murs, particulièrement humides, on déchiffre encore des inscriptions marquées au feutre noir. « Fermez la porte ». « Sortie ». En hauteur, des traces noires laissent deviner l’existence de lampes au carbure, éclairant le sombre quotidien des réfugiés.

Si des centaines d’habitants du bourg ont survécu grâce à l’existence de cette carrière, le cours de leur vie aurait été tout autre sans la présence d’esprit d’un carrier. « C’est mon grand-oncle qui a récupéré des lits à l’époque, pour les transporter dans la carrière, avoue fièrement Christian Montigon. Il ressentait le besoin de préserver la vie des habitants. Ces trouvailles prouvent qu’on n’oubliera jamais ces héros de la guerre. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anecdotes sur la 2 ème Guerre Mondiale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anecdotes sur la 2 ème Guerre Mondiale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Collaboration 2e guerre mondiale
» [De Schaepdrijver, Sophie] La Belgique et la Première Guerre mondiale
» tanks de la première guerre mondiale
» Les soldats navoiriauds pendant la 1ère guerre mondiale
» La seconde guerre mondiale : du point de vue des japonais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sudwall :: DISCUSSION GENERALE - LE BAR DU FORUM-
Sauter vers: