étude des fortifications allemandes sur la côte méditerranéenne en France
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
VEUILLEZ AUSSI NOUS RETROUVER SUR FACEBOOK AVEC LES PAGES PERSO ET DE GROUPES : "ATLANTIKWALL- SUDWALL " - " LA COTE D'AZUR EN GUERRE 1939-1945 " - " FMBR FORTIFICATIONS DE MARSEILLE ET DES BOUCHES DU RHONE 1942 1944 " - "AGDE SOUS L'OCCUPATION " - " BUNKER 638 TAMARISSIERE AGDE HISTOIRE 39-45 " - " RIVIERA 44 " - " LIBRAIRIE HISTOIRE ET FORTIFICATIONS "

Partagez
 

 Résistance dans le Minervois (34)

Aller en bas 
AuteurMessage
Caparzo

Caparzo

Nombre de messages : 18
Age : 31
lieu : Olonzac - Narbonne
Date d'inscription : 23/04/2007

Résistance dans le Minervois (34) Empty
MessageSujet: Résistance dans le Minervois (34)   Résistance dans le Minervois (34) EmptyLun 4 Juin 2007 - 6:04

Voilà les infos que j'ai trouvé sur les actes de résistances dans le canton d'Olonzac (département de l'Hérault).

F.F.I. MINERVOIS CABARDES
août 1944 - Août 1984

Mon grand-père reçut le document qui suit en août 1984, en préface il est dit de le conserver dans sa famille comme le témoignage d'un grand moment de l'Histoire de notre Petit Pays. Je pense que l'on peut faire mieux que de le garder pour soi en le mettant à la vue de tout le monde. Ce document donc n'est autre que la copie du rapport manuscrit rédigé par le commandant Henri Bousquet au mois de septembre 1944 relatant les opérations effectuées entre le 1er mai et le 30 août de la même année par les corps francs de la libération du Minervois-Cabardès .

EXECUTION DES PRESCRIPTIONS DE LA NOTE 113/1 DU COLONEL
COMMANDANT LES FFI DE R3 EN DATE DU 2 SEPTEMBRE
Rapport succinct sur les opérations effectuées par le groupe Minervois-Cabardès du 1er au 30 août 1944



I) Organisation :

Au 1er août, le groupe comprend :
- Le maquis de Citou : 40 hommes (les maquis de Cabardès ont été dispersés en juillet)
- Les équipes sédentaires des villages du Cabardès, du Minervois et des Basses Corbières s'étendant depuis Conques jusqu'au delà de Lézignan et de Bize. Au total une force dispersée de 250 hommes environ dont la
moitié à peine est armée de fusils, mitraillettes et quelques fusils mitrailleurs. Ces équipes dont la plupart ont été formées par le Capitaine RAYNAUD, les autres par le commandant BOUSQUET, n'ont été entrainées qu'au sabotage. Elles s'entraineront au combat dans les actions mêmes et suivant la valeur des cadres auront plus ou moins de mordant.
Toutes sont animées de plus pur patriotisme, mais doivent mener leur action dans l'ombre, épiées de tous côtés par collaborateurs et miliciens qui, chaque jour, font arrêter plusieurs de leurs membres et souvent les
meilleurs. Au fur et à mesure des opérations et des prises d'armes de guerre (car aucun des parachutages annoncés n'arrive), leur nombre s'accroit .
le 22 août, le Commandant BOUSQUET forme à Narbonne un groupe de choc de 60 Coloniaux bien encadrés et armés sous les ordres du Capitaine BELLEMERE qui pourront prolonger l'action du groupe du Minervois .
Le commandement du groupe appartient au chef de bataillon BOUSQUET, secondé de la façon la plus efficace par les Capitaines RAYNAUD et COURNES qui sont jour et nuit sur la brèche pour amener & organiser
transports, ravitaillement, armement, etc...

II) 1ère Phase :

Du 1er au 19 août - Période de sabotages :
Depuis le 6 juin, le groupe est en alerte et accroît les sabotages dans la zone du QG du 4è CA allemand
entre Capendu & Lézignan. L'ennemi réagit en recherchant le maquis ; en juillet, il a réussi déjà à disperser les maquis du Cabardès ; En août, il recherche en vain celui de Citou à qui il ne peut faire qu'une victime.
Il multiplie en vain les investigations de la Gestapo et de sa gendarmerie dans le Minervois :
- 2 août : 6 pylônes sont abattus sur la ligne Bordeaux/Sète à CONILHAC ( équipes Rieux, Laredorte, Castelnau ) - Résultats : Arrêt du trafic pendant 36 heures - Transbordement obligé.
- 8 août : 2 pylônes abattus sur la même ligne à DOUZENS - Résultats : Arrêt du trafic pendant 16 heures .
- 10 août : Prise d'un train allemand en gare d'AZILLE (équipes de Rieux, Peyriac )
- 13 août : Chute de 2 pylônes de la ligne de 20.000 volts de la SNCF (équipes de Rieux-Peyriac)
- 14 août : Blocage de 5 trains allemands en gare de BIZE ( équipe de Bize)
- 16 août : Coupure à MARSEILLETTE de toutes liaisons téléphoniques du QG du 4è CA allemand
(équipes Rieux ) - Coupure au pont de PUICHERIC du câble téléphonique souterrain Bordeaux/Marseille (équipe, Rieux)
- 17 août : Coupure des liaisons téléphoniques entre LAREDORTE, LEZIGNAN & OLONZAC (équipes Lézignan, Laredorte, Olonzac)
- 16 & 18 août : Coupure à MOUX de toutes les liaisons téléphoniques et télégraphiques ennemies entre CARCASSONNE & NARBONNE (équipes de Moux & Fontcouverte).

III) 2ème Phase :

Du 19 au 24 août - Engagements :
Les équipes sédentaires entrent en action ouverte le 19 août midi, dès que la retraite allemande se confirme.

- 19 août midi : Attaque à la grenade d'un camion allemand faisant partie d'une colonne de 20 camions par les équipes de Peyriac.
- Résultats : 3 allemands tués, 6 blessés, 1 camion pris.
- Pertes subies : Néant, l'ennemi pille quelques maisons.

- 16 heures : LAREDORTE, Attaque de la garnison allemande de LAREDORTE qui se repliait (équipes Olonzac,Pépieux, Rieux Laredorte)
- Résultats : 1 allemand tué, 6 blessés, 4 camion pris, 8 allemands prisonniers ainsi que 12 italiens.

- 21 heures : Attaque de flanc par surprise d'une colonne de 12 camions allemands sur la route de PUICHERIC - LAREDORTE (équipe de Rieux) .
- Résultats : 19 allemands tués dont 2 officiers, nombreux blessés.
- Prises : 1 voiture de tourisme, 1 moto, 1 camion abandonné - 2 chars arrivent à la rescousse. Colonne arrêtée pendant 2 heures.
- Pertes amies : Néant.

- 20 août : La plus grande partie des équipes est réunie à VILLENEUVE-MINERVOIS (150 hommes), sous les ordres du commandant BOUSQUET. Attaque de flanc d'une grosse colonne allemande de plus de 40 camions et de 2 blindés, de 18 heures 30 à 23 heures . L'ennemi est obligé de se
déployer et d'attaquer les lisières de VILLENEUVE où il est tenu en échec et se replie dans la deuxième partie de la nuit.
- Résultats : L'ennemi abandonne 2 motos et 3 camions . Les pertes doivent être lourdes car on repère, le lendemain, de nombreuses flaques de sang.
- Pertes amies : 1 blessé. Le groupe reste sur le terrain, les équipes de Rieux, Villeneuve, Citou, Olonzac se sont particulièrement distinguées.

- 21 août : Attaque d'isolés sur la route dee VILLEGLY-CAUNES - Attaque dans CAUNES d'une voiture de liaison allemande (2 blessés allemands).

- 22 août : Attaque d'un groupe de 50 allemands au COL DE SALETTE, entre LESPINASSIERE & ALBINE, par les équipes de Citoun Peyriac, et Caunes aux ordres des capitaines RAYNAUD & PIQUEMAL.
Après une poursuite de 2 heures, 4 allemands sont tués et 15 prisonniers .
- Pertes Amies : 1 chef d'équipe de CAUNES, tué.

- 20 heures : 2 allemands capturés à RUSTIQUES, par l'équipe de Rieux.

- 23 août, matin : l'équipe d'Olonzac capture 13 allemands à MINERVE et les dirige sur SAINT-PONS.

- Soir : des éléments de VILLENEUVE - BAGNOLES attaquent les arrières d'une colonne allemande qui se dirige vers TREBES. L'ennemi subit probablement des pertes.
Attaque de flanc, par surprise, d'une colonne allemande de 17 camions entre PUICHERIC & LAREDORTE par les équipes de Rieux, Laredorte, Olonzac, Pépieux sous le commandement du commandant BOUSQUET.
L'attaque par le feu est vigoureusement menée de 18 à 21 heures. Chaque fois que l'ennemi veut continuer sa marche.
Le groupe du Minervois ne se replie que lorsque les munitions sont épuisées et qu'une compagnie ennemie menace de déborder sa droite.
- Résultats : Colonne arrêtée pendant plus de 5 heures 14 otages français délivrés.
L'ennemi avoue, le lendemain avoir perdu 20 morts et de nombreux blessés . Il est obligé de prendre en remorque 3 camions.
- Pertes amies : 2 blessés légers.

- 24 août : ENGAGEMENT DE RIEUX
A 8 heures sur la foi d'un renseignement indiquant la marche sur RIEUX d'un groupe de 40 allemands environ, l'équipe de Rieux renforcée par celle de MOUX, puis de nombreux hommes âgés de Rieux (au total 40 fusils, 10 mitraillettes, 4 fusils-mitrailleurs, 1 mortier de 81), attaquent l'ennemi aux lisières du village .
En fait, ce sont des éclaireurs d'une colonne de 2 bataillons et d'un gros convoi géorgien.
L'ennemi arrêté tout d'abord, déploie un bataillon de chasseurs (34ème) qui attaque le village par les 2 ailes, avec l'appui d'une base de feu de 8 mitrailleuses, 2 mortiers, 2 canons légers.
Arrêté pendant 2 heures, il ne peut forcer les lisières du village que par un assaut, les FFI ne se repliant que lorsque l'ennemi est à 30 mètres.
A partir de midi, l'ennemi pénètre progressivement dans le village où un combat de rue inégal s'engage ; Soutenu par les éléments de Rieux renforcés par les équipes de Lézignan et de Laredorte qui ont été alertées.
Maître du village, il en pille une partie achève les blessés et fusille un otage .
La marche sur AZILLE - PEPIEUX est ralentie jusqu'à 17 heures par des éléments de Rieux, Laredorte, Lézignan qui continuent à harceler de loin les voitures ennemies isolées.
L'ennemi tire au canon et au mortier sur la population réfugiée dans la campagne.
- Résultats : La colonne ennemie fortement éprouvée est retardée pendant plus de 6 heures (le convoi des Géorgiens était commandée par BANCKOLF, inspecteur de gare à AGEN) .
- Pertes avouées : 45 tués, nombreux blessés, 7 prisonniers, 2 camions abandonnés.
- Pertes amies : FFI = 8 tués & 4 blessés - CIVILS : 3 tués & 3 blessés .
PEPIEUX et RIEUX sont en parties pillés.

IV) PHASE :

Après le 24 août, aucune colonne ne traverse la région, les groupes locaux sont employés à la recherche d'isolés allemands, à des actions de police où 1 FFI de MOUX est tué, et à la récupération du matériel abandonné par l'ennemi. Ils sont regroupés en sections puis en une compagnie du Minervois .

CONCLUSION :

S'il y a eu peu de maquis, tous les maquisards et sédentaires ont participé à la lutte contre l'ennemi avec un désintéressement et une ardeur exemplaires . Le groupe Minervois-Cabardès a d'abord retardé l'ennemi dans son mouvement sur la ligne BORDEAUX-SETE, coupé ses liaisons téléphoniques autour du QG ennemi le plus important et contribué à sa démoralisation.
Le "Boche" sentait un maquis invisible autour de lui. Aussi le 23 août au matin, sa retraite a t-elle eu plutôt l'aspect d'un sauve-qui-peut .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.croixdefer.net/
yannmayette

yannmayette

Nombre de messages : 6
Age : 36
lieu : Montpelier (34), Ardennes (08)
Date d'inscription : 30/07/2009

Résistance dans le Minervois (34) Empty
MessageSujet: Résistance dans l'hérault   Résistance dans le Minervois (34) EmptyJeu 30 Juil 2009 - 14:30

Bonjour,

Je suis nouveau dans la région et j'aimerai m'intéresser a l'histoire de l'hérault, en particulier la résistance.
Connaissez vous des associations ou des personnes pouvant m'expliquer et m'éclairer à ce sujet
merci


Bonsoir,

vous vous êtes trompé de topic ........
la présentation se fait ici :
http://sudwall.superforum.fr/presentation-des-membres-f13/ drunken
merci d'en prendre note
Kranken
Modérateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Mallen
Histoire locale d'Agde
Histoire locale d'Agde
David Mallen

Nombre de messages : 2130
Age : 46
lieu : AGDE
Date d'inscription : 31/05/2006

Résistance dans le Minervois (34) Empty
MessageSujet: Re: Résistance dans le Minervois (34)   Résistance dans le Minervois (34) EmptyJeu 30 Juil 2009 - 14:41

ALORS pour commencer achète ce livre pour mieux comprendre le sujet

http://boutique.geneanet.org/catalog/product_info.php?products_id=64697

vraiment le livre qu'il faut lire a ce sujet 'je parle pour l'hérault' et département
Puis vas faire une visite du musée de la Résistance à Castelnau Le Lez

http://www.ac-montpellier.fr/sections/personnelsen/ressources-pedagogiques/education-artistique/copy_of_mem_se

c'est l'avis d'un héraultais
Wink


Dernière édition par Stützpunktgruppe Agde le Jeu 30 Juil 2009 - 23:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EKAERGOS
Spécialité: armement
Spécialité: armement
EKAERGOS

Nombre de messages : 1964
Age : 60
lieu : Grand Sud
Date d'inscription : 27/10/2008

Résistance dans le Minervois (34) Empty
MessageSujet: Re: Résistance dans le Minervois (34)   Résistance dans le Minervois (34) EmptyJeu 30 Juil 2009 - 21:40

CITATION DE CAPARZO
I) Organisation :

Au 1er août, le groupe comprend :
- Le maquis de Citou : 40 hommes ( les maquis de Cabardès ont été dispersés en juillet )
- Les équipes sédentaires des villages du Cabardès, du Minervois et des Basses Corbières s'étendant depuis
Conques jusqu'au delà de Lézignan et de Bize . Au total une force dispersée de 250 hommes environ dont la
moitié à peine est armée de fusils, mitraillettes et quelques fusils mitrailleurs .
Au fur et à mesure des opérations et des prises d'armes de guerre ( car aucun des parachutages
annoncés n'arrive ), leur nombre accroit .
le 22 août, le Commandant BOUSQUET forme à Narbonne un groupe de choc de 60 Coloniaux bien encadrés
et armés sour les ordres du Capitaine BELLEMERE qui pourront prolonger l'action du groupe du Minervois .
.....................................................................................................................

- 16 heures : LAREDORTE, Attaque de la garnison allemande de LAREDORTE qui se repliait
( équipes Olonzac,Pépieux, Rieux Laredorte )
- Résultats : 1 allemand tué, 6 blessés, 4 camion pris, 8 allemands prisonniers ainsi que
12 italiens .
.........................................................................................................

En fait, ce sont des éclaireurs d'une colonne de 2 bataillons et d'un gros convoi géorgien . .
La marche sur AZILLE - PEPIEUX est ralentie jusqu'à 17 heures par des éléments de Rieux,
Laredorte, Lézignan qui continuent à harceler de loin les voitures ennemies isolées .
L'ennemi tire au canon et au mortier sur la population réfugiée dans la campagne .
- Résultats : La colonne ennemie fortement éprouvée est retardée pendant plus de 6 heures ( le convoi des Géorgiens était commandée par BANCKOLF, inspecteur de gare à AGEN ) .
[/quote]
FIN DE CITATION



Bonjour

Je viens de relire le trés intéressant document cité par Caparzo et j'y ai relevé les points suivants:
1) Armement
Au départ sur 250 hommes seule la moitié (+/- 125 hommes) seulement sont armés; mais ces armes ne peuvent être des prises de guerre puisqu'il est dit qu'ils n'ont fait que du sabotage jusque là.
D'autre part il y est fait mention de "mitraillettes" alors qu'"aucun des parachutages annoncés n'arrive" . Est ce à dire qu'il n'y a pas eu du tout de parachutage ou bien qu'il y en a eu avant (matériels de sabotage ?) mais que ceux annoncés par la suite n'ont pas eu lieu ?
Les armes présentes proviendraient alors de stocks préexistants ( et planqués!) de l'ancienn Armée d'Armistice?
Idem pour les "60 Coloniaux biens armés de Narbonne" ?
Le sujet de l'Armement des Maquis est un point capital ...et sensible de cette époque car outre les conflits dus à la répartition de celui ci ,en cas d'absence de parachutage on se pose toujours la question de savoir s'il s'agit d'un choix dicté uniquement par des considérations d'organisation pures ou par des considérations politico-militaires qui le sont parfois beaucoup moins...

2) Italiens ...?

La présence d'éléments italiens ;même en faible nombre ; est intéressante ("Hiwis "?) mais il est vrai que l'on en retrouve jusqu'en Normandie.

3) Géorgiens

D'autant plus interessant qu'ils semblent bien identifiés (la plupart des "auxiliaires" ex-soviétiques non "russes" étant appelés indistinctement "Mongols") On doit pouvoir retrouver l'unité.
En revanche je comprends mal " Le convoi géorgien était commandé par BANCKOLF ,Inspecteur de Gare à Agen" ?????
BANCKOLF était il un français ("Russe Blanc"?) collaborateur ou un Allemand ayant eu préalablement un commandement à la Gare d'Agen ????

@+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Mallen
Histoire locale d'Agde
Histoire locale d'Agde
David Mallen

Nombre de messages : 2130
Age : 46
lieu : AGDE
Date d'inscription : 31/05/2006

Résistance dans le Minervois (34) Empty
MessageSujet: Re: Résistance dans le Minervois (34)   Résistance dans le Minervois (34) EmptyVen 31 Juil 2009 - 1:34

yan il est dommage que tu te soit inscrit que maintenant car fin Mai j ai organiser un colloque au lycée d agde avec des anciens résistants et en particulier le chef du maquis de saint vincent d olargues créer par des résistants Agathois
J ai travaillé à ce sujet pendant qques temps avec les derniers résistants tjs vivants superbe expérience ! Et toujours en contact avec eux
Là je part en congé sur les plages des Landes mais dès mon retour si tu t intéresse à la résistance héraultaise on pourra soit ce contacter ou ce voir pour en parler ??
David
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yannmayette

yannmayette

Nombre de messages : 6
Age : 36
lieu : Montpelier (34), Ardennes (08)
Date d'inscription : 30/07/2009

Résistance dans le Minervois (34) Empty
MessageSujet: Re: Résistance dans le Minervois (34)   Résistance dans le Minervois (34) EmptyVen 31 Juil 2009 - 8:24

Merci beaucoup c'est vraiment sympas.
Pas de problème je suis partant pour rencontrer et partager sur la résistance
bonne vacances.
J' ai entendu parler des plusieurs thèses a ce sujet qui ont été présenté à Paul Valérie est il possible de retrouver des traces ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 14396
Age : 53
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

Résistance dans le Minervois (34) Empty
MessageSujet: Re: Résistance dans le Minervois (34)   Résistance dans le Minervois (34) EmptyVen 11 Fév 2011 - 5:10

Young resistants during liberation of the area of Montpelllier (south of France) in august 1944...

Résistance dans le Minervois (34) 2yvjggl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Daffy

Daffy

Nombre de messages : 88
Age : 37
lieu : Agde
Date d'inscription : 11/08/2009

Résistance dans le Minervois (34) Empty
MessageSujet: Re: Résistance dans le Minervois (34)   Résistance dans le Minervois (34) EmptyVen 11 Fév 2011 - 5:24

As tu la source de cette photo voir du reportage?? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gabi74



Nombre de messages : 1
Age : 27
lieu : Annecy
Date d'inscription : 23/06/2011

Résistance dans le Minervois (34) Empty
MessageSujet: Résistance à Caunes   Résistance dans le Minervois (34) EmptyJeu 23 Juin 2011 - 16:22

Bonjour à tous!
Mon grand père était un habitant de Caunes minervois. J'ai appris qu'il avait rejoins la résistance pendant la seconde guerre mondiale. Pensez-vous qu'il existe des registres ou du moins des traces précises sur la composition des groupes de combat des villages du minervois? En ce qui me concerne, pour caunes minervois? Sauriez-vous m'orienter pour en apprendre plus sur la résistance en pays du minervois. (livres, reportages, site...)
Merci par avance.
Pour information, mon grand père était Italien. Il est arrivé à l'age de 16 ans en France. Il avait aux alentours de 20 ans pendant la résistance. Je confirme donc la présences d'"éléments italiens".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minerbensis



Nombre de messages : 1
Age : 54
lieu : hérault
Date d'inscription : 06/06/2014

Résistance dans le Minervois (34) Empty
MessageSujet: Les sources du texte   Résistance dans le Minervois (34) EmptyVen 6 Juin 2014 - 6:40

06/06/1944 06/06/2014.

Monsieur Carpazo a oublié de citer ses sources, ce texte n'est pas de lui mais de moi, le grand-père en question était le mien et se prénommait Jean C. Je reprends donc mon texte :


En effet il faut rendre à César ce qui appartient à César, c'est parfaitement normal, surtout s'agissant de recherche familiale. L'équipe du forum s'efforce de rappeler les règles en matière de citation et de copyright.
Par ailleurs, vous serait-il possible de passer par la case présentation afin que nous puissions vous accueillir comme il se doit et mieux vous connaitre?

l'équipe modérateur


F.F.I. MINERVOIS CABARDES
août 1944 - Août 1984

Mon grand-père reçut le document qui suit en août 1984, en préface il est dit de le conserver dans sa famille comme le témoignage d'un grand moment de l'Histoire de notre Petit Pays. Je pense que l'on peut faire mieux que de le garder pour soi en le mettant à la vue de tout le monde. Ce document donc n'est autre que la copie du rapport manuscrit rédigé par le commandant Henri Bousquet au mois de septembre 1944 relatant les opérations effectuées entre le 1er mai et le 30 août de la même année par les corps francs de la libération du Minervois-Cabardès .

EXECUTION DES PRESCRIPTIONS DE LA NOTE 113/1 DU COLONEL
COMMANDANT LES FFI DE R3 EN DATE DU 2 SEPTEMBRE
Rapport succinct sur les opérations effectuées par le groupe Minervois-Cabardès du 1er au 30 août 1944



I) Organisation :

Au 1er août, le groupe comprend :
- Le maquis de Citou : 40 hommes (les maquis de Cabardès ont été dispersés en juillet)
- Les équipes sédentaires des villages du Cabardès, du Minervois et des Basses Corbières s'étendant depuis Conques jusqu'au delà de Lézignan et de Bize. Au total une force dispersée de 250 hommes environ dont la
moitié à peine est armée de fusils, mitraillettes et quelques fusils mitrailleurs. Ces équipes dont la plupart ont été formées par le Capitaine RAYNAUD, les autres par le commandant BOUSQUET, n'ont été entrainées qu'au sabotage. Elles s'entraineront au combat dans les actions mêmes et suivant la valeur des cadres auront plus ou moins de mordant.
Toutes sont animées de plus pur patriotisme, mais doivent mener leur action dans l'ombre, épiées de tous côtés par collaborateurs et miliciens qui, chaque jour, font arrêter plusieurs de leurs membres et souvent les
meilleurs. Au fur et à mesure des opérations et des prises d'armes de guerre (car aucun des parachutages annoncés n'arrive), leur nombre s'accroit .
le 22 août, le Commandant BOUSQUET forme à Narbonne un groupe de choc de 60 Coloniaux bien encadrés et armés sous les ordres du Capitaine BELLEMERE qui pourront prolonger l'action du groupe du Minervois .
Le commandement du groupe appartient au chef de bataillon BOUSQUET, secondé de la façon la plus efficace par les Capitaines RAYNAUD et COURNES qui sont jour et nuit sur la brèche pour amener & organiser
transports, ravitaillement, armement, etc...

II) 1ère Phase :

Du 1er au 19 août - Période de sabotages :
Depuis le 6 juin, le groupe est en alerte et accroît les sabotages dans la zone du QG du 4è CA allemand
entre Capendu & Lézignan. L'ennemi réagit en recherchant le maquis ; en juillet, il a réussi déjà à disperser les maquis du Cabardès ; En août, il recherche en vain celui de Citou à qui il ne peut faire qu'une victime.
Il multiplie en vain les investigations de la Gestapo et de sa gendarmerie dans le Minervois :
- 2 août : 6 pylônes sont abattus sur la ligne Bordeaux/Sète à CONILHAC ( équipes Rieux, Laredorte, Castelnau ) - Résultats : Arrêt du trafic pendant 36 heures - Transbordement obligé.
- 8 août : 2 pylônes abattus sur la même ligne à DOUZENS - Résultats : Arrêt du trafic pendant 16 heures .
- 10 août : Prise d'un train allemand en gare d'AZILLE (équipes de Rieux, Peyriac )
- 13 août : Chute de 2 pylônes de la ligne de 20.000 volts de la SNCF (équipes de Rieux-Peyriac)
- 14 août : Blocage de 5 trains allemands en gare de BIZE ( équipe de Bize)
- 16 août : Coupure à MARSEILLETTE de toutes liaisons téléphoniques du QG du 4è CA allemand
(équipes Rieux ) - Coupure au pont de PUICHERIC du câble téléphonique souterrain Bordeaux/Marseille (équipe, Rieux)
- 17 août : Coupure des liaisons téléphoniques entre LAREDORTE, LEZIGNAN & OLONZAC (équipes Lézignan, Laredorte, Olonzac)
- 16 & 18 août : Coupure à MOUX de toutes les liaisons téléphoniques et télégraphiques ennemies entre CARCASSONNE & NARBONNE (équipes de Moux & Fontcouverte).

III) 2ème Phase :

Du 19 au 24 août - Engagements :
Les équipes sédentaires entrent en action ouverte le 19 août midi, dès que la retraite allemande se confirme.

- 19 août midi : Attaque à la grenade d'un camion allemand faisant partie d'une colonne de 20 camions par les équipes de Peyriac.
- Résultats : 3 allemands tués, 6 blessés, 1 camion pris.
- Pertes subies : Néant, l'ennemi pille quelques maisons.

- 16 heures : LAREDORTE, Attaque de la garnison allemande de LAREDORTE qui se repliait (équipes Olonzac,Pépieux, Rieux Laredorte)
- Résultats : 1 allemand tué, 6 blessés, 4 camion pris, 8 allemands prisonniers ainsi que 12 italiens.

- 21 heures : Attaque de flanc par surprise d'une colonne de 12 camions allemands sur la route de PUICHERIC - LAREDORTE (équipe de Rieux) .
- Résultats : 19 allemands tués dont 2 officiers, nombreux blessés.
- Prises : 1 voiture de tourisme, 1 moto, 1 camion abandonné - 2 chars arrivent à la rescousse. Colonne arrêtée pendant 2 heures.
- Pertes amies : Néant.

- 20 août : La plus grande partie des équipes est réunie à VILLENEUVE-MINERVOIS (150 hommes), sous les ordres du commandant BOUSQUET. Attaque de flanc d'une grosse colonne allemande de plus de 40 camions et de 2 blindés, de 18 heures 30 à 23 heures . L'ennemi est obligé de se
déployer et d'attaquer les lisières de VILLENEUVE où il est tenu en échec et se replie dans la deuxième partie de la nuit.
- Résultats : L'ennemi abandonne 2 motos et 3 camions . Les pertes doivent être lourdes car on repère, le lendemain, de nombreuses flaques de sang.
- Pertes amies : 1 blessé. Le groupe reste sur le terrain, les équipes de Rieux, Villeneuve, Citou, Olonzac se sont particulièrement distinguées.

- 21 août : Attaque d'isolés sur la route dee VILLEGLY-CAUNES - Attaque dans CAUNES d'une voiture de liaison allemande (2 blessés allemands).

- 22 août : Attaque d'un groupe de 50 allemands au COL DE SALETTE, entre LESPINASSIERE & ALBINE, par les équipes de Citoun Peyriac, et Caunes aux ordres des capitaines RAYNAUD & PIQUEMAL.
Après une poursuite de 2 heures, 4 allemands sont tués et 15 prisonniers .
- Pertes Amies : 1 chef d'équipe de CAUNES, tué.

- 20 heures : 2 allemands capturés à RUSTIQUES, par l'équipe de Rieux.

- 23 août, matin : l'équipe d'Olonzac capture 13 allemands à MINERVE et les dirige sur SAINT-PONS.

- Soir : des éléments de VILLENEUVE - BAGNOLES attaquent les arrières d'une colonne allemande qui se dirige vers TREBES. L'ennemi subit probablement des pertes.
Attaque de flanc, par surprise, d'une colonne allemande de 17 camions entre PUICHERIC & LAREDORTE par les équipes de Rieux, Laredorte, Olonzac, Pépieux sous le commandement du commandant BOUSQUET.
L'attaque par le feu est vigoureusement menée de 18 à 21 heures. Chaque fois que l'ennemi veut continuer sa marche.
Le groupe du Minervois ne se replie que lorsque les munitions sont épuisées et qu'une compagnie ennemie menace de déborder sa droite.
- Résultats : Colonne arrêtée pendant plus de 5 heures 14 otages français délivrés.
L'ennemi avoue, le lendemain avoir perdu 20 morts et de nombreux blessés . Il est obligé de prendre en remorque 3 camions.
- Pertes amies : 2 blessés légers.

- 24 août : ENGAGEMENT DE RIEUX
A 8 heures sur la foi d'un renseignement indiquant la marche sur RIEUX d'un groupe de 40 allemands environ, l'équipe de Rieux renforcée par celle de MOUX, puis de nombreux hommes âgés de Rieux (au total 40 fusils, 10 mitraillettes, 4 fusils-mitrailleurs, 1 mortier de 81), attaquent l'ennemi aux lisières du village .
En fait, ce sont des éclaireurs d'une colonne de 2 bataillons et d'un gros convoi géorgien.
L'ennemi arrêté tout d'abord, déploie un bataillon de chasseurs (34ème) qui attaque le village par les 2 ailes, avec l'appui d'une base de feu de 8 mitrailleuses, 2 mortiers, 2 canons légers.
Arrêté pendant 2 heures, il ne peut forcer les lisières du village que par un assaut, les FFI ne se repliant que lorsque l'ennemi est à 30 mètres.
A partir de midi, l'ennemi pénètre progressivement dans le village où un combat de rue inégal s'engage ; Soutenu par les éléments de Rieux renforcés par les équipes de Lézignan et de Laredorte qui ont été alertées.
Maître du village, il en pille une partie achève les blessés et fusille un otage .
La marche sur AZILLE - PEPIEUX est ralentie jusqu'à 17 heures par des éléments de Rieux, Laredorte, Lézignan qui continuent à harceler de loin les voitures ennemies isolées.
L'ennemi tire au canon et au mortier sur la population réfugiée dans la campagne.
- Résultats : La colonne ennemie fortement éprouvée est retardée pendant plus de 6 heures (le convoi des Géorgiens était commandée par BANCKOLF, inspecteur de gare à AGEN) .
- Pertes avouées : 45 tués, nombreux blessés, 7 prisonniers, 2 camions abandonnés.
- Pertes amies : FFI = 8 tués & 4 blessés - CIVILS : 3 tués & 3 blessés .
PEPIEUX et RIEUX sont en parties pillés.

IV) PHASE :

Après le 24 août, aucune colonne ne traverse la région, les groupes locaux sont employés à la recherche d'isolés allemands, à des actions de police où 1 FFI de MOUX est tué, et à la récupération du matériel abandonné par l'ennemi. Ils sont regroupés en sections puis en une compagnie du Minervois .

CONCLUSION :

S'il y a eu peu de maquis, tous les maquisards et sédentaires ont participé à la lutte contre l'ennemi avec un désintéressement et une ardeur exemplaires . Le groupe Minervois-Cabardès a d'abord retardé l'ennemi dans son mouvement sur la ligne BORDEAUX-SETE, coupé ses liaisons téléphoniques autour du QG ennemi le plus important et contribué à sa démoralisation.
Le "Boche" sentait un maquis invisible autour de lui. Aussi le 23 août au matin, sa retraite a t-elle eu plutôt l'aspect d'un sauve-qui-peut .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'étroit mousquetaire

L'étroit mousquetaire

Nombre de messages : 545
Age : 69
lieu : Marseille
Date d'inscription : 13/08/2012

Résistance dans le Minervois (34) Empty
MessageSujet: Re: Résistance dans le Minervois (34)   Résistance dans le Minervois (34) EmptyVen 6 Juin 2014 - 6:58

Bonjour,

Si vous allez aux archives départementales de l'Hérault et aux archives de la Gendarmerie :

http://www.herault.fr/culture/archives-departementales

http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/

vous aurez un autre version de ces faits ainsi que bien d'autres informations....

L'étroit mousquetaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Résistance dans le Minervois (34) Empty
MessageSujet: Re: Résistance dans le Minervois (34)   Résistance dans le Minervois (34) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Résistance dans le Minervois (34)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une main dans sa culotte...
» [AIDE] Ma vidéo .mp4 n'apparait pas dans l'onglet photos et vidéos
» je pars en retraite dans un couvent
» [RESOLU] Plus de son dans les ecouteur
» pression sur mouture café dans le pf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sudwall :: LA GUERRE DANS LE SUD DE LA FRANCE (1939-1945) :: La Résistance-
Sauter vers: