étude des fortifications allemandes sur la côte méditerranéenne en France
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le sabordage de la Flotte à Toulon (83) 27/11/1942

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11 ... 20  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14063
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Le sabordage de la Flotte à Toulon (83) 27/11/1942   Mer 24 Sep 2008 - 12:09






_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14063
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Le sabordage de la Flotte à Toulon (83) 27/11/1942   Mer 24 Sep 2008 - 12:11






_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14063
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Le sabordage de la Flotte à Toulon (83) 27/11/1942   Mer 24 Sep 2008 - 12:16










Nous attendons les commentaires de nos spécialistes "Marine"...merci

FX

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Capu Rossu
Spécialiste: artillerie et marine de guerre
Spécialiste: artillerie et marine de guerre
avatar

Nombre de messages : 1854
Age : 68
lieu : Martigues
Date d'inscription : 29/04/2007

MessageSujet: Le Sabordage de la Flotte à Toulon ( Nov 1942)   Mer 24 Sep 2008 - 14:18

C'est parti :
Le transport d'aviation Commandant Teste servant de ponton-école à l'Angle Robert. Ce bâtiment ouvrit le feu avec ses pièces de 100 pour couvrir les sous-marins qui s'échappaient du Mourillon (Casabianca, Glorieux, Marsouin, Vénus et Iris).



le Dunkerque (Grands Bassin Sud-Ouest)





Les sous-marins de 600 tonnes Eurydice (144) et Galatée dans les Grands Basins Nord-Ouest



Le croiseur de 10.000 tonnes Foch. Contre lui, on distingue la coque et les quatre cheminées du contre-torpilleur de 2400 tonnes Vautour (Darse Castigneau)



Autre contre-torpilleur de 2400 tonnes le Gerfaut dans la darse Missiessy. En arrière-plan le croiseur La Galissonnière.



La Guêpe et l'ex-cuirassé Condorcet à l'Angle Robert. Ce dernier n'est plus qu'un ponton abritant des écoles. La Guêpe est un ancien transbordeur allemand saisi à Cherbourg en 1914. Il sert alors de patrouilleur-dragueur en Manche. Après 1914, il est utilisé comme bâtiment d'expérimentation pour le mouillage des mines. En 1939, il mouille obstructions, estacades et filets en Méditerranée. En 1941, il est versé au Groupes des Ecoles et équipés de nombreux télémètres, il est utilisé pour la formation des télémètristes. les Allemands l'utiliseront comme mouilleur de mines sous le numéro M 6061.



Croiseur de 7600 tonnes Jean de Vienne coulé dans le bassin de Missiessy n° 1. En le faisant jouer sur ses amarres, il a été avancé de façon à pouvoir empêcher la mise en place du bateau-porte fermant le bassin. Il coince dans le bassin la citerne à eau Source.




Un autre croiseur de 7600 tonnes, la La Galissonnière, a procédé de même dans le bassin n° 3. Il a coincé le chaland-chauffeur Gélinotte. Les chalands-chauffeurs sont des anciens remorqueurs rayés de Liste qui alimentent en vapeur les bâtiments en réparations. Alimentation nécessaire pour permettre à ceux-ci de pouvoir disposer de vapeur et de courant électrique pour faire fonctionner, si besoin est, les moyens de sécurité pour lutter contre les incendies ou les voies d'eau.





Le navire amiral des Forces de Haute mer, le Strasbourg





Les contre-torpilleurs Vauquelin (en extérieur) et Kersaint (côté quai) sabordés au quai Ouest des grands Bassins (à hauteur du Dunkerque). Au second plan, les pétroliers Dauphiné (gris clair) et Henri Desprez (coque noire). Ces deux pétroliers qui ne naviguent, les ports d'approvisionnements du Golfe Persique ou d'Amérique centrale nous sont interdits par les Anglos-saxons tandis que les Allemands se réservent le pétrole roumain, sont désarmés à Toulon. Le Dauphiné a encore sa peinture grise adoptée en 1939 car moins visible que la livrée traditionnelle des navires marchands (coque noire - superstructures blanches).



@+
Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14063
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Le sabordage de la Flotte à Toulon (83) 27/11/1942   Mer 24 Sep 2008 - 23:56

Merci Amiral!!!

Un sans fautes pour Alain...

Fx

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
agneti
Modérateur général - Archiviste
Modérateur général - Archiviste
avatar

Nombre de messages : 1767
Age : 47
lieu : Marseille 14ème
Date d'inscription : 29/11/2007

MessageSujet: Re: Le sabordage de la Flotte à Toulon (83) 27/11/1942   Jeu 25 Sep 2008 - 0:20

Capu Rossu a écrit:

La Guêpe et l'ex-cuirassé Condorcet à l'Angle Robert. Ce dernier n'est plus qu'un ponton abritant des écoles. La Guêpe est un ancien transbordeur allemand saisi à Cherbourg en 1914. Il sert alors de patrouilleur-dragueur en Manche. Après 1914, il est utilisé comme bâtiment d'expérimentation pour le mouillage des mines. En 1939, il mouille obstructions, estacades et filets en Méditerranée. En 1941, il est versé au Groupes des Ecoles et équipés de nombreux télémètres, il est utilisé pour la formation des télémètristes. les Allemands l'utiliseront comme mouilleur de mines sous le numéro M 6061.




Croiseur de 7600 tonnes Jean de Vienne coulé dans le bassin de Missiessy n° 1. En le faisant jouer sur ses amarres, il a été avancé de façon à pouvoir empêcher la mise en place du bateau-porte fermant le bassin. Il coince dans le bassin la citerne à eau Source.

Alain

J'ai un boulon à identifier, t'es cap ?

Qu'est-ce que l'espèce de trace de roue à aubes sur le coté de la Guêpe ?

Cela ressemble à quoi un bateau-porte de bassin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fortificationsdemarseille.lefrioul.fr/
ptdockyard



Nombre de messages : 49
Age : 57
lieu : Upstate NY, USA
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Le sabordage de la Flotte à Toulon (83) 27/11/1942   Jeu 25 Sep 2008 - 4:30

What were the dimensions for La Guêpe? Does anyone have any other information or pictures of her, especially in Kriegsmarine service? Was she lost in German use?

Dave G
The PT Dockyard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capu Rossu
Spécialiste: artillerie et marine de guerre
Spécialiste: artillerie et marine de guerre
avatar

Nombre de messages : 1854
Age : 68
lieu : Martigues
Date d'inscription : 29/04/2007

MessageSujet: Le Sabordage de la Flotte à Toulon ( Nov 1942)   Jeu 25 Sep 2008 - 13:49

D'abord, une précision sur le pourquoi des transbordeurs. Dans certains ports du Nord-ouest de l'Europe, les grands paquebots ne pouvaient pas venir à quai faute d'installations portuaires adéquates. C'était le cas pour la France à Cherbourg ou Boulogne sur Mer choisis respectivement par les compagnies anglaises et allemandes. Pour assurer l'embarquement des passagers, de leurs bagages et de la Poste, ces compagnies utilisaient des transbordeurs. Ces navires, armés par des filiales françaises, avaient pavillon et équipage français. Les Britishs sont en train d'en restaurer un, le Nomadic. Celui-ci avait embarqué les passagers d'un navire légendaire, le Titanic lors de l'unique escale cherbourgeoise de ce navire.
Pour des questions de manœuvrabilité, beaucoup de ces petits navires étaient doté d'une propulsion par roues à aubes
La Guêpe s'appelait Lloyd et appartenait au Norddeutscher Lloyd. Construite par par Nusck & Co Act. Ges. à Gabrow (près de Stettin), elle entre en service en mai 1914.
Ses caractéristiques principales sont :
J : 637/270 tx - Dim : 64,00/60,45 x 7,54 x 3,80 m - coque en acier - 7 compartiments - 1 machine alternative à quadruple expansion Geb Sachsenberg (Rosslau) développant 1580 CV (483 - 902 x 1206 mm) - T : 8 kg/cm².
Voici deux autre vues de la Guêpe sous les couleurs françaises. La première est de 1928 quand le navire est utilisé par la CEPGM (Commission d'Etudes Pratiques pour la Guerre des Mines) e la seconde en 1941 lorsqu'elle abrite l'Ecole de Télémétrie.





Un bateau-porte est la porte qui ferme un bassin de radoub ou cale sèche. Lorsque un navire doit passer au bassin, le bateau-porte est déhalé sur le côté pour laisser libre l'entrée du bassin. Après l'entrée du navire, le bateau porte est mis en travers de l'entrée et par ouverture de ballast, coulé dans cette position. Quand on pompe le bassin pour le vider, la pression de l'eau extérieure plaque le bateau-porte contre la maçonnerie des quais et assure ainsi l'étanchéité qui empêche l'eau de pénétrer dans le bassin. Quand le navire, ses réparations terminées, doit quitter le bassin, on ré-emplit ce dernier puis en vidant les ballasts du bateau-porte, on remet ce dernier en état de flottabilité pour le déplacer afin de libérer le passage.
Sur cette vue de Toulon en 1945, on peut voir au centre l'épave de l'U 410, sur la gauche un bateau-porte en réparations, au second plan, la partie avant du contre-torpilleur L'Indomptable que l'on a découpé sous l'eau afin de réparer son sister-ship Le Malin qui avait perdu son avant lors d'un abordage avec Le Fantasque et derrière L'Indomptable le bateau-porte qui ferme le bassin n° 3 de Missiessy.



@+
Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capu Rossu
Spécialiste: artillerie et marine de guerre
Spécialiste: artillerie et marine de guerre
avatar

Nombre de messages : 1854
Age : 68
lieu : Martigues
Date d'inscription : 29/04/2007

MessageSujet: Le Sabordage de la Flotte à Toulon ( Nov 1942)   Jeu 25 Sep 2008 - 14:44

La Guêpe sous pavillon allemand.
Bien qu'intact, le bâtiment n'intéresse pas les Allemands dans un premier temps puisqu'il n'est requis que le 01/12/1943. Ils confient les travaux de mise en conformité avec les normes allemandes aux Forges et Chantiers de la Méditerranée à La Seyne sur Mer. Le bâtiment n'est prêt (?) que le 25/04/1944 et a reçu deux pièces antiaériennes, un 37 et un 20 mm. Il a reçu le numéro ML 6061 (j'ai fait une erreur de frappe dans mes précédents posts) et est placé sous le commandement de l'Ob. Strm Nüzmann. En Mai, il est envoyé à Marseille pour complément de travaux avant de revenir à Toulon où il est toujours indisponible. Le 12/06/1944, lors d'une alerte aérienne, il est avarié par des éclats de bombes tombées à proximité. Des réparations sont entreprises aux chaudières. Toujours indisponible, il est coulé à l'appontement n° 6 de Milhaud (celui où était amarré le Strasbourg lors du sabordage) dans l'un des bombardement qui précède la libération de Toulon.
Son épave est démolie sur place par les scaphandriers.
A part peut-être lors d'une sortie d'essai, il na jamais mouillé une seule mine mais a consommé plusieurs centaines de tonnes de charbon inutilement car j'ai retrouvé la trace d'une demi-douzaine de ravitaillement avec à chaque fois 40 ou 50 tonnes de charbon embarquées.
Petite anecdote à propos du charbonnage dans la Marine Française, cette opération était surnommée la "bataille de fleurs" et tout l'équipage y compris les gradés et les officiers y participait.
@+
Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
agneti
Modérateur général - Archiviste
Modérateur général - Archiviste
avatar

Nombre de messages : 1767
Age : 47
lieu : Marseille 14ème
Date d'inscription : 29/11/2007

MessageSujet: Re: Le sabordage de la Flotte à Toulon (83) 27/11/1942   Jeu 25 Sep 2008 - 15:06

Merci pour ces précisions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fortificationsdemarseille.lefrioul.fr/
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14063
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Le sabordage de la Flotte à Toulon (83) 27/11/1942   Dim 28 Sep 2008 - 5:40

Le STRASBOURG:


Mis en service en 1939, deux ans après le Dunkerque, le Strasbourg est avec son (presque) jumeau, le plus puissant navire de guerre de la marine nationale à la veille du second conflit mondial. Si les lignes générales de ces deux bâtiment de ligne sont pratiquement identiques, on note des différences visibles au niveau de la tour. De plus, la protection du Strasbourg est améliorée. Le Strasbourg et le Dunkerque sont des bâtiments hybrides. Un peu plus rapides mais moins bien protégés que les cuirassés contemporains, ils sont légèrement plus lents que les croiseurs de bataille mais disposent d'un meilleur blindage. C'est pourquoi leur appellation "navire de ligne " (ou bâtiment de ligne ), est plus appropriée que celle de "croiseur de bataille" ou "cuirassé".

L'artillerie principale : 2 tourelles quadruples de 330 mm à l'avant.
Artillerie secondaire : 16 pièces de 130 mm AA réparties en 3 tourelles quaduples et 2 tourelles doubles.
Défense AA : 18 canons de 37 mm et 32 mitrailleuses de 13,2 mm.
Il embarquait 4 hydravions "Loire 130" et disposait d'un hangar et de 2 catapultes "Penhoët" sur la plage arrière.Comme le Dunkerque, était protégé par un blindage de 140 à 250 mm en ceinture, de 125 à 140 mm sur le pont et de 350 mm sur les tourelles avant. .Le point faible de ces 2 bâtiments résidait en la disposition de l'artillerie secondaire AA diposée sur l'arrière (la partie centrale étant plus appropriée aux pièces de faible élévation)

Le Strasbourg est Intégré dès 1939 à la force de raid à Brest sous les ordres de l'amiral Gensoul. Aux côtés de la Royale Navy, il pourchasse les corsaires allemands, sans toutefois réussir à intercepter le cuirassé de poche allemand Admiral Von Graf Spee. L'armistice signé en juin 1940, le Strasbourg (avec le Dunkerque, les cuirassés Provence et Bretagne, le transport d'hydravions Commandant Teste et plusieurs contre-topilleurs et torpilleurs) rejoint la base navale de Mers El Kébir, près d'Oran en Algérie, où ils doit être désarmé sous le contrôle de la commission d'armistice Germano-Italienne. Pris au piège de l'opération "Catapult" le 3 juillet 1940, canonné par la Royale Navy, il est seul navire de ligne à réussir à appareiller. Coupant ses amarres, il franchi la passe malgré les mines anglaises, et ouvre le feu avec son artillerie principale, encadrant les navires britanniques. Accompagné de plusieurs contre-torpilleurs et torpilleurs, échappés eux aussi, il regagne Toulon, vainement poursuivi par le croiseur de bataille Hood et une partie de l'escadre de l'amiral Sommerville. Le 27 novembre 1942, il subit le sort tragique du reste de la flotte en se sabordant à Toulon. Renfloué par les italiens, il est restitué à la France en mai 1944 puis coulé une nouvelle fois par l'aviation américaine lors des bombardements précédants le débarquement en Provence en août 1944. Utilisé pour des expériences d'explosion sous marines près de la presqu'ile de Giens, sa coque est feraillée en 1955.

infos: A L'ABORDACHE



FX

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14063
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Le sabordage de la Flotte à Toulon (83) 27/11/1942   Ven 17 Oct 2008 - 13:03


(Delcampe)

FX

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
leon



Nombre de messages : 382
Age : 33
lieu : Castres(81)
Date d'inscription : 06/05/2007

MessageSujet: Re: Le sabordage de la Flotte à Toulon (83) 27/11/1942   Sam 18 Oct 2008 - 11:56


(perso)
a+
leon


Dernière édition par leon le Sam 5 Jan 2013 - 2:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capu Rossu
Spécialiste: artillerie et marine de guerre
Spécialiste: artillerie et marine de guerre
avatar

Nombre de messages : 1854
Age : 68
lieu : Martigues
Date d'inscription : 29/04/2007

MessageSujet: le sabordage   Dim 26 Oct 2008 - 11:44

les deux dernières photos :
contre-torpilleurs guépard au Quai Noël (type 2400 tonnes ou 4 tuyaux)
croiseur de 7600 tonnes Jean de Vienne dans le bassin n° 1 de Missiessy avec les fumées de l'incendie du Dupleix. Sur ce croiseur, le sergent allemand qui monta à bord empêcha l'équipage de noyer les soutes à munitions et lui ordonna d'évacuer sur le champ. Il fut surpris de se voir obéir avec célérité. Les mèches de charges de sabordage se consumaient tranquillement et celles-ci éclatèrent déclenchant l'incendie qui gagna les soutes. Bon, pas la peine que je vous dise la suite.
@+
Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lefrioul

avatar

Nombre de messages : 191
Age : 72
lieu : MARSEILLE
Date d'inscription : 18/01/2008

MessageSujet: les voici vivants   Ven 21 Nov 2008 - 16:08

http://nsm01.casimages.com/img/2008/11/21//081121115133242422783380.jpg
http://nsm01.casimages.com/img/2008/11/21//081121115133242422783381.jpg
http://nsm01.casimages.com/img/2008/11/21//081121115133242422783382.jpg
http://nsm01.casimages.com/img/2008/11/21//081121115133242422783383.jpg
http://nsm01.casimages.com/img/2008/11/21//081121115133242422783384.jpg
http://nsm01.casimages.com/img/2008/11/21//081121115133242422783385.jpg
http://nsm01.casimages.com/img/2008/11/21//081121115133242422783386.jpg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fortificationsdemarseille.lefrioul.fr
agneti
Modérateur général - Archiviste
Modérateur général - Archiviste
avatar

Nombre de messages : 1767
Age : 47
lieu : Marseille 14ème
Date d'inscription : 29/11/2007

MessageSujet: Re: Le sabordage de la Flotte à Toulon (83) 27/11/1942   Sam 22 Nov 2008 - 2:32

Photos d'une qualité exceptionnelle, merci Daniel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fortificationsdemarseille.lefrioul.fr/
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14063
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Le sabordage de la Flotte à Toulon (83) 27/11/1942   Dim 23 Nov 2008 - 2:16

Images du magazine LIFE:
http://images.google.com/hosted/life/l?imgurl=918f07bf6378a31c&q=toulon+source:life&usg=__qglps1vuwBxp2u-rdMEfYqz4hcY=&prev=/images%3Fq%3Dtoulon%2Bsource:life%26hl%3Dfr

FX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14063
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Le sabordage de la Flotte à Toulon (83) 27/11/1942   Sam 29 Nov 2008 - 15:29

Le Casque renversé et coulé:



FX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14063
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Le sabordage de la Flotte à Toulon (83) 27/11/1942   Dim 7 Déc 2008 - 6:41

Info " forum Bataille de France 39-40":
de AVZ94

LE GRANIT

Le Granit était un aviso de 2° classe gréé en dragueur de mines, à l'instar de son sistership Meulière.
Le Granit était à l'origine un aviso de 2° classe caractérisé par un déplacement standard de 354 t. propulsé par des machines alternatives développant une puissance totale de 550 ch et actionnant deux hélices, ce bâtiment fut lancé en 1918. Il marchait à la vitesse de 13,8 noeuds et pouvait embarquer 90 t de charbon.

Gréé en dragueur de mines mais considéré en fin de carrière comme bâtiment auxiliaire, le Granit était encore en service en 1939, tout comme son sistership Meulière. Armé par un équipage de 3 Officiers et 60 hommes, il était doté d'un canon de 65 mm. Ayant été sabordé à Toulon le 27 novembre 1942, afin de ne pas tomber aux mains des Allemands qui venaient d'envahir la zone non occupée, le Granit fut renfloué par les forces de l'Axe le 17 juillet 1943. Il fut retrouvé à Gênes à la fin de la guerre mais, estimé irrécupérable, fut définitivement désarmé.

Type : aviso
Propulsion : machines alternatives totalisant 550 ch et actionnant 2 hélices
Dimensions : longueur 57,60 m; largeur 7,90 m
Déplacement : 354 t
Tirant d'eau : 2,30 m
vitesse : 13,8 noeuds
Armement : 1 canon de 65 mm

Le Granit ici à Toulon:



Fx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14063
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Le sabordage de la Flotte à Toulon (83) 27/11/1942   Dim 7 Déc 2008 - 11:41

De nlles images sur FLICK:
( cliquer sur les images pour agrandir)
http://flickr.com/photos/mxw/tags/scuttling/

Fx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Capu Rossu
Spécialiste: artillerie et marine de guerre
Spécialiste: artillerie et marine de guerre
avatar

Nombre de messages : 1854
Age : 68
lieu : Martigues
Date d'inscription : 29/04/2007

MessageSujet: Le Sabordage de la Flotte à Toulon ( Nov 1942)   Dim 7 Déc 2008 - 14:24

Granit et Meulière sont deux dragueurs de mines construits durant la Grande Guerre, celle de 14/18.
Les U.boote de cette guerre là infligeaient des pertes conséquentes aux flottes marchandes alliées soit par torpillage soit par mouillage de mines.
Pour contrer cette menace, on réquisitionna à tour de bras des remorqueurs, des chalutiers et des yachts que l'on transforma en patrouilleurs ou en dragueurs. Puis, comme, il n'y en avait jamais assez, on en acheta à l'étranger et enfin on en mit en chantier dans les différents sites de constructions navales civils ou militaires.
Parmi ces constructions neuves, il y eut les douze "roches" : Granit, Meulière, Quartz, Silex, etc.
Mais pour construire tous ces navires, on racla les fonds des hangars pour avoir des chaudières et des machines ou des moteurs.
Pour les "roches, on retrouva des machines alternatives Cochot "antédiluvienne" et soit pour les cinq plus chanceux, le Granit en faisait partie, une chaudière Belleville flambant neuve ou d'une chaudière cylindrique, pour la Meulière par exemple, nécessitant 6 heures pour être en pression.
Le fin du fin est que ces navires possédaient deux hélices ! La machine entrainait un arbre terminé par une engrenage énorme qui faisait tourner les deux arbres porte-hélices dans le même sens. Pour virer sur la droite, il fallait la largeur d'une piscine et pour virer à gauche, il fallait la Méditerranée ! Plus sérieusement, une cinquantaine de mètres sur tribord et cinq cents sur bâbord. Pour un bâtiment qui doit draguer les mines, ce n'est pas génial et si en plus, il fait la chasse aux sous-marins....
La Meulière se perdra par échouage le 21 mai 1941 en baie d'Ajaccio près de la pointe de la Castagana. Son épave et surtout son étrange appareil propulsif en font un spot de plongée très attractif surtout que la profondeur n'est que de 6 à 12 mètres.
@+
Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14063
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Le sabordage de la Flotte à Toulon (83) 27/11/1942   Sam 20 Déc 2008 - 3:25

Sous-marins français sabordés à Toulon le PASCAL et le CAIMAN:


FX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Capu Rossu
Spécialiste: artillerie et marine de guerre
Spécialiste: artillerie et marine de guerre
avatar

Nombre de messages : 1854
Age : 68
lieu : Martigues
Date d'inscription : 29/04/2007

MessageSujet: Le Sabordage de la Flotte à Toulon ( Nov 1942)   Sam 20 Déc 2008 - 13:40

Pascal sous-marin de 1500 tonnes de la même classe que le Casabianca.
Caïman sous-marin de 900 tonnes de la même classe que le Marsouin. Ce dernier appreilla d'Alger sous les grenades alliées lors du débarquement d'AFN (opération Torch le 8 novembre) et s'évade de Toulon en compagnie du Casabianca le 27 novembre. Un autre sous-marin de 1500 tonnes, Le Glorieux, peut appareiller et rallier l'Algérie.
Deux autres sous-marins appareillent sous le bombes allemandes, le sous-marins de 630 tonnes Iris et Vénus.
La vénus qui a appareillé avec seulement 6 hommes d'équipage, les autre ont été faits prisonniers dans leur casernement, se sabordent devant Cépet. L'Iris peut rallier Carthagène en avarie. La remise en état ne peut être faite dans le délai règlementaire des 24 heurs et l'Iris est internée par les Espagnols pour la durée de la guerre.
@+
Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 14063
Age : 51
lieu : Le Girmont Val d'Ajol (88) ex : Grasse, Nice, Antibes
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Le sabordage de la Flotte à Toulon (83) 27/11/1942   Dim 21 Déc 2008 - 3:13

Caïman sous-marin de 900 tonnes de la même classe que le Marsouin. Ce dernier appreilla d'Alger sous les grenades alliées lors du débarquement d'AFN (opération Torch le 8 novembre) et s'évade de Toulon en compagnie du Casabianca le 27 novembre.

= pourtant il est là à Toulon sur la photo...sabordé et renfloué il semblerait. (???) scratch scratch scratch scratch Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sudwall.superforum.fr
Capu Rossu
Spécialiste: artillerie et marine de guerre
Spécialiste: artillerie et marine de guerre
avatar

Nombre de messages : 1854
Age : 68
lieu : Martigues
Date d'inscription : 29/04/2007

MessageSujet: Le Sabordage de la Flotte à Toulon ( Nov 1942)   Dim 21 Déc 2008 - 13:55

Citation :
Caïman sous-marin de 900 tonnes de la même classe que le Marsouin. Ce dernier appareilla d'Alger sous les grenades alliées lors du débarquement d'AFN (opération Torch le 8 novembre) et s'évade de Toulon en compagnie du Casabianca le 27 novembre.

"Ce dernier" se réfère au "Marsouin".

@+
Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le sabordage de la Flotte à Toulon (83) 27/11/1942   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le sabordage de la Flotte à Toulon (83) 27/11/1942
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 20Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11 ... 20  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sabordage de la flotte française à Toulon.
» Dernière Guerre Mondiale no. 5 est en ligne
» Scapa Flow
» Bonjour à tous
» 21 JUIN 1919 le sabordage de la flotte allemande, Scapa Flow

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sudwall :: LA GUERRE DANS LE SUD DE LA FRANCE (1939-1945) :: L'occupation italienne et allemande-
Sauter vers: